SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas
Isère / Savoies
  • Grenoble
  • Chambery
  • Annecy

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

EURO FÉMININ : LA FRANCE VA TENTER DE SE QUALIFIER POUR LA FINALE

Mercredi 27 Juillet - 11:05

Football


L'Euro de football féminin 2022 - © Getty Images
L'équipe de France féminine affronte l'Allemagne ce mercredi 27 juillet en demi-finale de l'Euro.


La finale ou le retour à la maison ? L'équipe de France féminine affronte ce mercredi soir l'Allemagne en demi-finale de l'Euro à Milton Keynes,

Des Bleues motivées


Pour Wendy Renard, cette demi-finale "ne représentera quelque chose que si tu gagnes le trophée. On ne parle que des vainqueurs", a lâché la capitaine mardi devant la presse. "L'objectif est uniquement sur le trophée" et "vous pouvez compter sur nous, on sera là", a insisté la Lyonnaise.

"J'ai faim, j'ai envie d'aller le plus loin possible et le groupe aussi", a aussi proclamé la milieu Charlotte Bilbault dans la foulée d'une victoire méritée mais tardive en quarts de finale contre les Pays-Bas (1-0 a.p.), championnes sortantes, samedi à Rotherham.

La route vers Londres et Wembley, où la finale est prévue dimanche contre l'Angleterre, passe désormais par le Stadium MK, une enceinte de 29.200 places.

L'Allemagne, adversaire redoutable


On se souvient que la France avait été battue par l'Allemagne en Coupe du Monde en 2015 en quart de finale. Un souvenir à oublier pour Wendy Renard, déjà capitaine des Bleues à l'époque.

L'équipe féminine d'Allemagne est un adversaire redoutable : double championne du monde (2003 et 2007), championne olympique (2016) et huit fois sacrée à l'Euro, dont six fois de suite entre 1995 et 2013.

"On a souvent parlé de la supériorité allemande, mais il n'y a pas de complexe à avoir", a évacué Wendy Renard en appelant ses coéquipières à "jouer avec intelligence, maîtriser les émotions, ne pas paniquer".

Les Bleues s'y présentent avec un handicap de taille, ayant bataillé jusqu'en prolongation dans un quart de finale programmé deux jours après celui des Allemandes contre l'Autriche (2-0). Trente minutes en plus, deux jours de récupération en moins, mais les Françaises ont jusqu'à présent évacué le sujet.

"On sait que dans une compétition il y a aura toujours une équipe désavantagée, aujourd'hui c'est nous. Voilà, on ne va pas prendre ça comme une excuse. On va y aller et tout donner", a ainsi lancé Kadidiatou Diani, la flèche droite de l'attaque tricolore.

L'ailière du PSG a provoqué le penalty de la gagne face aux Néerlandaises lors d'une partie que les Françaises ont archi-dominée (33 tirs et 10 corners), sans toutefois faire preuve d'efficacité face au but.

Il faudra régler la mire et ne pas gâcher ses munitions face à l'Allemagne et sa défense de fer, totalement imperméable depuis le début du tournoi, et parfois impressionnante dans la surface de vérité. Avec quatre victoires, onze buts marqués et aucun encaissé, les partenaires de Sara Däbritz ont mis la barre haute.