SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

PRIMES, CLAUSES, OBJECTIFS : DÉCOUVREZ LE PALMARÈS DES SALAIRES DES VERTS

Vendredi 7 Février - 11:58

Football


Les joueurs de l'ASSE à l'entraînement - © Anthony Perrel
Ce vendredi, le journal L'Équipe publie son traditionnel classement des salaires de Ligue 1. Avec quelques particularités du côté de l'AS Saint-Étienne.


Qui gagne le plus d'argent à l'ASSE ? Dans son dossier consacré, comme chaque année, aux salaires dans les vingt clubs de Ligue 1, L'Équipe détaille les rémunérations des footballeurs en France. Avec de grosses disparités. Et quelques spécificités.

C'est le cas du côté de Saint-Étienne où la politique du salary caÀp a longtemps été la norme. Jusqu'à qu'elle soit remise en cause pour recruter plusieurs éléments et sortir le club d'une situation sportive compliquée, deux ans plus tôt.

Un million d'euros pour la Ligue des Champions !


Dans le détail désormais, certains "anciens", aux salaires fixes inférieurs, arrondissent leurs fins de mois avec des primes de titularisation. C'est le cas de Romain Hamouma, Stéphane Ruffier et Loïc Perrin. Ces derniers empochent ainsi 4.000 euros par match débuté en Ligue 1 (dans la limite de 30 par saison, soit 120.000 euros). Et ce, sans exigence de résultat.

Pour ceux arrivés plus récemment, les variables se font plus rares. D'où la présence de montants plus élevés en salaire fixe. Yann M'Vila et Wahbi Khazri arrivent ainsi en tête de ce classement des salaires, avec une estimation à 210.000 euros bruts par mois, devant Ryad Boudebouz avec 190.000 euros.

Plus loin dans ce top 10 du groupe stéphanois, Mathieu Debuchy et Yohan Cabaye bénéficie, eux, d'une sorte de prime au rendement. Avec un salaire global de 125.000 euros bruts par mois, à condition de débuter un certain nombre de matchs, fixé entre vingt et vingt-cinq titularisations. Ils touchent ensuite une bonification de 20.000 euros par titularisation.

Au final, le salaire moyen s'élève à 70.000 euros bruts à l'ASSE. Ce qui en fait le 8e club qui paie le mieux parmi l'élite, derrière Rennes et Nice, et juste devant Toulouse. À noter que Thimotée Kolodziejczak, écarté depuis plusieurs matchs, a le sixième salaire du groupe, avec 120.000 euros bruts mensuels.

Par ailleurs, Claude Puel émarge, lui, à 200.000 euros bruts par mois. Sans compter d'éventuelles primes de résultat en fin de saison. Celles-ci s'élèveraient à 550.000 euros en cas de qualification pour la Ligue Europa, un million d'euros pour la Ligue des Champions !