SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LES INFIRMIÈRES SCOLAIRES "ÉPUISÉES" ÉGALEMENT EN GRÈVE CE JEUDI

Mercredi 12 Janvier - 05:30

Actu. locale


Tests salivaires en maternelle. - © Radio Scoop
Fortement sollicitées depuis le début de la crise sanitaire, les infirmières de l'Éducation nationale sont appelées à se mobiliser ce jeudi 13 janvier.


Peu de temps après les premiers appels à la grève venus des syndicats du premier degré, les infirmières scolaires ont prévenu : elles aussi seront en grève, ce jeudi 13 janvier. Une journée de mobilisation plus large rejoint par les directeurs d'écoles, mais aussi les inspecteurs d'académie. L'une des principales fédérations de parents d'élèves, la FCPE, incite à ne pas amener les enfants à l'école.

"C'est devenu intenable"


"Il y a un ras-le-bol, les collègues sont épuisées", avance Catherine Cordier, infirmière dans un collège du Beaujolais (Rhône) et secrétaire du SNICS-FSU pour l'académie de Lyon. "Les protocoles qui changent tout le temps, les cas contacts et les cas positifs qui se multiplient… L'école ouverte moi je veux bien, mais à quel prix ?"

Accueillir les élèves symptomatiques, gérer les tests, assurer le suivi des élèves, répondre aux questions des parents... "C'est devenu intenable", poursuit-elle. "Et c'est très frustrant. On voudrait parfois passer une demi-heure avec un élève, mais comment faire quand il y en a dix, vingt qui attendent ? On ne peut plus continuer, et pour la réussite des élèves, c'est très préoccupant."

Le mal-être lié à la crise s'ajoute à des revendications plus générales sur le manque de moyens humains et matériels, dénoncé par le syndicat au niveau national : "Avec 7700 emplois pour couvrir plus de 60 000 sites scolaires et 13 millions d'élèves, elles poursuivent leurs missions au service des élèves au prix d'un épuisement professionnel de plus en plus alarmant et sans matériel de protection adapté."

Parmi ses revendications, le SNICS-FSU demande ainsi :

"Le recrutement immédiat d'infirmières par le biais des listes complémentaires, associé à une création massive d'emplois infirmiers pour faire face à cette épidémie et à ses conséquences", ainsi que le versement d'une prime Covid et du Complément de Traitement Indiciaire de 183 euros "desquels elles sont exclues sans aucune justification", d'après le syndicat.