SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas
Isère / Savoies
  • Grenoble
  • Chambery
  • Annecy

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

L'ASVEL, CHAMPIONNE POUR LA 21E FOIS : ET MAINTENANT ? 

Lundi 27 Juin - 12:25

Basket


L'Asvel remporte son 21e titre de champion de France de basket - © Radio SCOOP / Gaetan Barralon
Après avoir remporté samedi 25 juin son 21e titre de champion de France de basket, le club de Tony Parker se tourne déjà vers l'avenir et veut continuer à progresser.


"C'est clair qu'on va se faire piller !" À peine le temps de savourer ce troisième titre d'affilée, remporté de haute lutte contre Monaco, à l'issue d'un match "5" d'une finale haletante, que Tony Parker se projetait déjà sur la suite et anticipait la fuite des talents.

"Quand on fait une bonne saison, c'est clair qu'on se fait piller ! On va perdre des joueurs majeurs comme Élie Okobo ou Chris Jones. Il va falloir reconstruire, mais ça, c'est mon job, de trouver les talents et de continuer à être compétitif. Et j'espère qu'un jour, quand on aura la nouvelle salle et qu'on aura augmenté le budget, on arrivera à garder des joueurs comme Élie et Chris. Mais pour l'instant, on n'a pas le choix. Il faudra qu'on soit fort dans le recrutement pour défendre nos trois titres l'année prochaine".

Si le président de l'Asvel a déjà acté les départs de certains de ses leaders, il compte bien, en revanche, conserver sa pépite Victor Wembanyama, afin de construire la future équipe autour de lui. Absent lors de la finale, le pivot de 18 ans représente l'avenir.

"On attend sa réponse, j'espère qu'elle sera positive ! On veut absolument le garder et tout construire autour de lui l'année prochaine et j'espère qu'il va rester", confie Tony Parker.


L'Arena, facteur de développement


La saison est réussie avec ce titre, mais elle aurait pu être encore plus belle. Rapidement éliminée en Coupe de France contre Gravelines en quarts de finale ("un mal pour un bien", selon TP, puisque cela aura permis à l'équipe de se remobiliser et de terminer le championnat en trombe, à la première place), l'Asvel a surtout déçu en Euroligue (14e), minée par les blessures.

"Le seul truc où on peut avoir des regrets, c'est qu'on a eu beaucoup de blessures. On démarre la saison en Euroligue avec six victoires et deux défaites, et bien sûr qu'on voulait rêver de "Top 8", avec l'équipe qu'on avait. Mais voilà, les blessures font partie d'une saison. Lighty loupe trois mois et demi, Okobo loupe deux mois, Victor (Wembanyama) loupe beaucoup de temps, Youssoupha (Fall) aussi... Tout le monde a loupé du temps et on n'a jamais eu vraiment l'équipe au complet pour pouvoir faire un beau parcours en Euroligue. Mais ça reste une motivation, et on veut devenir une des meilleures équipes d'Europe".

Pour aller encore plus haut, outre le choix des hommes, la stratégie passe aussi par la progression des infrastructures. La livraison de l'Arena à Décines, prévue fin 2023, sera un élément déterminant.

"On essaie de travailler le budget, et on essaie aussi de grandir et de jouer une meilleure place en Europe, avec la nouvelle salle qui va arriver en 2023. Tout avance très bien. Après, le championnat de France reste notre objectif principal. C'est important de remporter son championnat"


Place maintenant à un repos bien mérité après une saison marathon !