SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LES PATTES DES CHIENS SONT PLUS PROPRES QUE LES SEMELLES DE NOS CHAUSSURES

Vendredi 9 Avril - 11:15

Insolite


Chien d'assistance - © CC
Souvent refusés dans les magasins, les chiens d'assistance devraient avoir accès sans opposition à tous les lieux publics de France.


Si les chiens sont désignés comme étant les meilleurs amis de l'homme, ils sont parfois méprisés au sein des supermarchés. Ils se voient souvent refuser l'entrée dans les commerces, quand bien même ils seraient des chiens d'assistance. Si les managers n'ont aucune pitié pour ces animaux indispensables aux malvoyants, ils ne sont pas en droit d'agir ainsi.

Des refus illégaux


Une loi de 11 février 2005 stipule qu'il est strictement interdit de refuser ces chiens guides dans les lieux publics. Une étude de l'université d'Utrecht, parue sur Science Focus, a donc cherché à comprendre pourquoi ces animaux sont si repoussants dans les magasins.

La plupart des personnes qui ne veulent pas d'animaux dans leurs étalages évoquent la question de la saleté. Comme l'animal traîne toujours au sol, sans chaussures, ses pattes sont vues comme répugnantes, mêlant poussières et vieux chewing-gums.

Plus propres que nous


À cet argument, les chercheurs ont répondu tout autrement : les pattes des chiens sont plus propres que nos semelles. L'étude néerlandaise présentait un échantillonnage de 25 chiens de compagnie et leurs propriétaires ainsi que 25 chiens d'assistance et leurs maîtres. Résultat : les chiens n'avaient que 28% de bactéries coincées entre leurs coussinets alors que les hommes en avaient 58% ! Si les chiens de compagnie en avaient plus que les chiens guides, leur taux de saleté restait bien inférieur à celui des chaussures humaines.

Ces statistiques prouvent l'absurdité de la situation. Encore en 2018, un Toulousain en fauteuil roulant s'est vu refuser l'entrée dans un Carrefour, malgré la législation sur les chiens d'assistance. Peut-être est-il temps de rappeler la loi aux commerçants !