SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

TERRORISME : LA LENTE RECONSTRUCTION DES VICTIMES DES ATTENTATS DU BATACLAN

Vendredi 13 Novembre - 05:00

Actu. locale


Sophie Reungeot a publié son premier roman en octobre 2020. - © Mélania Avanzato / Harper Collins
Cinq ans après les faits, les stigmates laissés par les attentats du 13 novembre 2015 sont encore bien présents. Pour se reconstruire, certains survivants ont choisi l'écriture, comme Sophie Reungeot, originaire de la région Auvergne Rhône-Alpes.


"La journée risque d'être difficile". Sophie Reungeot le sait, l'actualité la ramène constamment à cette soirée du 13 novembre 2015, où 130 personnes ont été tuées par des terroristes aux abords du Stade de France, aux terrasses de cafés parisiens et au Bataclan. "À chaque fois ce sont des coups au coeur...la dernière fois c'était Vienne (Ndrl la capitale autrichienne a été touchée par une attaque le 2 novembre), j'ai vu des images que je n'aurais pas du voir ce soir-là".

L'écriture, comme une évidence


Le 13 novembre 2015, Sophie Reungeot est au Bataclan. Alors que les terroristes commencent à tirer dans la foule, elle parvient à s'échapper par une issue de secours, sans être blessée physiquement, mais profondément marquée par cette expérience.

Elle a toujours écrit, mais quelques temps après les attentats, cela devient une évidence. Elle gagne un concours de nouvelles et quitte son emploi de décoratrice d'intérieur pour écrire son premier roman. "Le bruit des avions" est sorti chez Harper Collins France le 7 octobre dernier.

C'est une fiction, mais qui fait écho à sa propre histoire. "J'avais l'ambition de dresser le portrait d'une trentenaire en 2015, confie Sophie Reungeot, mais très rapidement, j'ai été submergée par ce besoin d'en parler. Mais je voulais vraiment créer un roman et ne pas faire un récit. Déjà parce que pour moi c'était vraiment trop dur de me confronter à moi-même, et puis on avait beaucoup lu, vu et entendu de témoignages, et je voulais vraiment faire quelque chose de différent'.



Elle choisit donc de raconter l'histoire de deux femmes qui se rencontrent dans un taxi le 13 novembre 2015. L'une fuit le Bataclan et l'autre a elle aussi vécu un traumatisme. Ensemble, elles vont se reconstruire.

"C'est très banal à dire, mais l'écriture permet vraiment une libération, ajoute Sophie, même si elle n'est pas totale. Aujourd'hui oui je vais beaucoup mieux, et le livre a permis ça".

Sophie Reungeot a déjà débuté l'écriture de son deuxième roman, mais ce sera "un genre totalement différent !", prévient-elle.