SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas
Isère / Savoie
  • Vienne
  • Grenoble
  • Chambery
  • Annecy

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

MINEURS NON ACCOMPAGNÉS : "ON EST AU BOUT DU SYSTÈME" SELON LE PRÉSIDENT DU DÉPARTEMENT DE L'AIN

Jeudi 28 Septembre - 06:45

Société


Jean Deguerry - © Radio Scoop
Jean Deguerry, à la tête du conseil départemental depuis 2017, a fait le point sur les dossiers importants de la rentrée. Parmi les points chauds selon lui, la question des mineurs non accompagnés.


C'est une conférence de presse de rentrée habituelle pour les médias locaux. L'occasion de faire le point avec le président du conseil départemental sur les dossiers importants du moment.

Après un rapide rappel des bons chiffres du tourisme dans l'Ain (passage du Tour de France, fréquentation de la Dombes, succès de la Cuivrerie de Cerdon...), Jean Deguerry a tiré la sonnette d'alarme pendant de longues minutes au sujet de la situation des mineurs non accompagnés dans l'Ain.

"On est au bout du système de capacité d'accueil"



D'après lui, 329 jeunes étrangers sont actuellement pris en charge par le Département, dont 232 sont arrivés depuis le 1er janvier 2023, parfois depuis les départements voisins. Des jeunes qu'il faut loger, nourrir et soigner. "On est vraiment arrivés au bout d'un système, de nos capacités d'accueil, estime Jean Deguerry. Nous n'avons tout simplement plus aucune place, et plus aucun moyen humain pour accueillir convenablement ces jeunes".



8 millions d'euros de coût et peu d'aide de l'État


Le coût de prise en charge de ces mineurs non accompagnés est estimé par le Département à un peu plus de 8 millions d'euros, "et l'État ne rembourse que quelques centaines de milliers d'euros". Jean Deguerry en appelle donc aux autorités pour prendre leurs responsabilités et donner un coup de pouce, financier mais aussi humain.

De nouveaux centres d'accueil vont ouvrir dans les prochains jours à Jasseron, Ambérieu-en-Bugey et Bourg-en-Bresse, mais là encore, cela risque de ne pas suffire, déplore le Département, qui pointe du doigt aussi le manque de solidarité de certains maires qui refusent de recevoir ces mineurs.