SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LYON : LE NOUVEAU DIRECTEUR DE LA HALLE TONY GARNIER ET LE DÉFI DE "L'APRÈS COVID"

Mardi 2 Février - 05:20

Culture


Thierry Pilat, le nouveau directeur de la Halle Tony Garnier à Lyon. - © Léa Duperrin / Radio SCOOP
En avril prochain, Thierry Pilat prendra les rênes de l'emblématique salle de spectacle du 7e arrondissement de Lyon. Conscient qu'un retour à la normale n'est pas pour demain, il pense déjà aux challenges qui l'attendent.


Son architecture, son immensité : la Halle Tony Garnier reste bien silencieuse, après des mois de fermeture forcée. C'est dans ce contexte forcément particulier que se déroule pourtant le passage de relais entre l'ancien et le futur directeur des lieux.

"Forcément il y a de l'appréhension sur le redémarrage"


"Ah c'est sûr que j'aurais préféré pouvoir entamer d'entrée de jeu avec des concerts, du public et de l'activité", sourit Thierry Pilat. "Il faut faire avec, surtout les incertitudes sur l'avenir plus ou moins proche. Forcément il y a de l'appréhension sur le redémarrage, avec tous les enjeux économiques qu'il y a autour du spectacle vivant."

Un soir de spectacle, ce sont parfois 250 personnes qui travaillent dans cette salle de 17.000 m2. La Halle tient bon, bénéficie des aides de l'État et du chômage partiel pour l'équipe permanente. Mais pour la première fois de son histoire, elle est déficitaire à hauteur de 1 million - 1,5 millions et demi d'euros.

"Je lui souhaite bonne chance et je suis convaincu qu'il saura relever le défi de l'après Covid", lance Thierry Téodori, son prédécesseur. Les deux hommes vont encore travailler quelques mois côtes à côtes, pour que la transition se passe au mieux.



S'ouvrir sur les arts, s'ouvrir sur le quartier


Tout comme le Dôme de Marseille s'apprête à le faire, il se pourrait que la Halle Tony Garnier puisse expérimenter un concert "test", en lien avec les scientifiques de l'INSERM pour évaluer les contaminations lors d'un concert. Peut-être au printemps ou cet été ? Pas de certitude pour l'heure, mais la volonté affichée de s'adapter pour ne pas couler.

"On sait bien que ce ne sera pas un retour à la normale. Bien sûr, aller voir un concert sans masque, debout, ce serait énorme. Mais il faudra s'adapter, il y aura très probablement des jauges réduites...", ajoute Thierry Pilat.

Sur le plus long terme, le nouveau directeur général de la Halle Tony Garnier espère explorer les arts et pas seulement les concerts avec de la danse, du théâtre et pourquoi pas du cirque. Le tout, en s'ouvrant davantage au quartier où la salle est implantée pour les familles de Gerland et les associations du coin.

Quant à la concurrence de la future Aréna, dont la livraison est prévue pour fin 2023 à Décines, Thierry Pilat se montre confiant. "Cela nous obligera à toujours nous dépasser", sourit le nouveau DG.