SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas
Isère / Savoies
  • Grenoble
  • Chambery
  • Annecy

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LYON : 18 ENFANTS SOURDS ATTENDENT TOUJOURS LEUR ENSEIGNANT

Mercredi 28 Septembre - 05:30

Société


Enfants et parents se sont mobilisés devant l'école Condorcet dans le 3e arrondissement de Lyon. - © Léa Duperrin / Radio Scoop
À Lyon, l'école Condorcet est la seule à proposer aux enfants sourds et malentendants un enseignement en langue des signes, du moins en théorie. Les parents d'élèves attendent toujours que l'un des deux postes soit pourvu. Le rectorat assure faire tout son possible et reconnait des difficultés dans le recrutement.


Devant les grilles de leur école, les enfants s'expriment en langue des signes : "on veut une maîtresse" traduit l'une des mamans entendantes mobilisées. Ce mardi matin, c'est surtout la colère qui s'exprime. Une forme de lassitude aussi, de devoir recommencer une bataille déjà menée par le passé.

"Des élèves de seconde zone"


Habituellement, l'école Condorcet dispense aux enfants sourds et malentendants un enseignement en langue des signes pour permettre aux élèves de suivre une scolarité normale. Mais cette année, les deux postes sont restés vacants. En tout, ce sont 33 élèves qui n'ont pas pu faire leur rentrée comme prévu.

Dans ces cas-là, les enfants sont bien sûr accueillis à l'école. Mais ils sont répartis dans les autres classes, avec un enseignant qui ne peut les comprendre. Et qu'ils ne comprennent pas non plus. Le rectorat de Lyon assure qu'une AESH (accompagnant d'élève en situation de handicap) est présente. Mais pour les parents, c'est loin d'être suffisant.

"On a l'impression que ce sont des élèves de seconde zone. Que finalement, il suffira de bricoler quelque chose et que ce n'est pas si grave. Mais les enfants sourds ont droit à un avenir, ils ont droit à une éducation", déplore la maman de Charlise. Pour sa fille, la situation est réglée. Enfin plus ou moins. "Il y a une enseignante qui vient d'arriver pour les CM2, seulement pour cette année. Comme toujours, ce sont des solutions au jour le jour, rien n'est anticipé."

Reste 18 élèves de CE1-CE2 pour qui aucune solution n'a été trouvée. Ruben, 9 ans, soutient ses camarades. "Je suis en colère", soupire le petit garçon. "Les enfants sourds ont le droit d'avoir une maîtresse. Quand ils viennent dans notre classe, ils sont dans un coin et ils font du découpage. Moi, ça me fait de la peine."

Manque de candidats ?


Le rectorat assure de son côté suivre la situation de près. "Nous sommes conscients de l'importance d'avoir des conditions d'enseignement qui soient optimales pour les enfants, mais nous rencontrons des difficultés pour recruter", reconnait Olivier Dugrip, recteur de l'académie de Lyon. "Nous avions trouvé un enseignant contractuel qui n'a pas donné suite... Je veux dire aux parents que nous comprenons leurs attentes, nous restons mobilisés."

Au-delà du cas précis de l'école Condorcet, les parents regrettent que le problème ne soit pas traité à la racine. "On sait bien que l'enjeu est plus large. Comment trouver suffisamment d'enseignants qui maîtrisent la langue des signes quand on sait qu'il n'y a pas de formation adaptée à l'Université ?", regrette Béatrice Duc, secrétaire générale de l'APES (Association des Parents d'Enfants Sourds). À Lyon, la filière bilingue langue des signes existe, mais seulement de la maternelle au lycée.

Ce vendredi, les parents d'élèves se rassembleront une fois encore devant les grilles de l'Inspection académique. Déterminés à ne rien lâcher.