SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LIGUE DES CHAMPIONS : CHAOS AVANT LA FINALE AU STADE DE FRANCE

Dimanche 29 Mai - 07:53

France


Des supporters de Liverpool rentrent au Stade de France - © Twitter : @Pierre_B_y
Les forces de l'ordre ont été débordées, ce samedi 29 mai aux abords du Stade de France, par l'afflux de dizaines de milliers de supporters et des tentatives d'intrusion de personnes sans billet rêvant d'assister à la finale de Ligue des champions Liverpool-Real Madrid (0-1).


Ce samedi 29 mai, les forces de l'ordre ont été débordées aux abords du Stade de France, par l'afflux de dizaines de milliers de supporters et des tentatives d'intrusion de personnes sans billet rêvant d'assister à la finale de Ligue des champions Liverpool-Real Madrid (0-1).

Gaz lacrymogènes, tentatives d'intrusion en escaladant des barrières, foules amassées et impatientes... Après avoir longtemps été bon enfant, l'ambiance s'est brusquement crispée à l'approche du match.

"Je suis arrivé jusqu'aux escaliers (du stade), après un policier m'a ramené directement" en dehors de l'enceinte. Mais "je vais réessayer pour regarder le match, c'est mon rêve", expliquait vers 22H00 Yacine, 30 ans, tout juste refoulé du stade.


Cette pagaille a contraint les organisateurs à retarder le coup d'envoi de plus de trente minutes et a considérablement frustré des spectateurs qui avaient payé leurs billets, mais ont manqué toute la première mi-temps. Pour expliquer ce chaos, l'UEFA a avancé que l'accumulation de spectateurs "a été provoquée par des milliers de spectateurs munis de faux billets".

Beaucoup d'instrusions


C'est à moins d'une demi-heure du début du match, que l'ambiance s'est tendue, quand au moins un millier de supporters ont été ralentis avant de pouvoir entrer, contenus par les gendarmes. Énervés, ils criaient "open the gate ("ouvrez le portail"), alors que les supporters ne pouvaient passer qu'un à un.

Puis de véritables intrusions ont mis à mal le dispositif.

Des gaz lacrymogènes commençaient à être lancés pour empêcher quelques dizaines de jeunes d'escalader agilement les barrières. Agents de sécurité et gendarmes se lançaient à leur poursuite, pour les faire aussitôt ressortir. "C'est très mal organisé", lâchait anonymement un agent de sécurité.

Ce jeu du chat et de la souris s'est poursuivi, même une fois le match commencé. Et peu avant 22H00, les forces de l'ordre ont dû charger, provoquant un mouvement de foule. De quoi mettre en colère des supporters de Liverpool, restés dehors, bien que munis de billets.

La finale initialement prévue à Saint-Pétersbourg avait été délocalisée au Stade de France, à la suite de l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février. Mais les autorités n'ont bénéficié que de trois mois pour préparer l'événement au lieu de dix-huit, délai prévu dans le cahier des charges de l'UEFA.