SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

INDUSTRIE CHIMIQUE : LA CGT TAPE DU POING SUR LA TABLE

Mardi 24 Mars - 08:31

COVID-19


La raffinerie Total à Feyzin (Rhône). - © Google Street View
Dans une lettre ouverte adressée notamment aux représentants de l'État et aux employeurs, l'antenne régionale de la FNIC-CGT demande "l'arrêt immédiat et la mise en sécurité immédiate de toutes les industries non essentielles et utiles à la nation".


Dans certains secteurs, la colère monte en pleine crise sanitaire. C'est le cas dans le domaine de l'industrie chimique.

Dans une lettre ouverte publiée ce lundi, la CGT s'inquiète de la situation des salariés. "À l'heure où le confinement reste nécessaire, les sites industriels notamment de la chimie tournent, pour certains à plein régime en effectif minimum, mettant en danger les travailleurs, mais aussi toute la population !", s'indigne Michaël Corgier, référent Rhône-Alpes de la FNIC (Fédération nationale des industries chimiques) - CGT.

"Le maintien à 100% des salaires pris en charge par les employeurs"


"Comment d'un côté demander à la population de ne pas sortir et d'un autre envoyer au travail avec comme seul argument la santé financière de l'entreprise ! Que fait-on de celle des travailleurs et de leurs familles alors ?, ajoute-t-il. Malgré toutes les précautions prises par toutes et tous, comment respecter les gestes barrières dans nos industries quand nous sommes 7, 8 ou 9 salariés voir plus, confinés en salle de contrôle ? D'autant que ces effectifs doublent lors des passations de consignes !"

Un constat alarmant, assorti d'une liste de revendications :

"- L'arrêt immédiat et la mise en sécurité immédiate de toutes les industries non essentielles et utiles à la nation, dont le fonctionnement ne fait qu'amplifier le risque de contamination et le risque de catastrophe industrielle majeure !

- Le maintien à 100% des salaires pendant la période de crise, pris en charge par les employeurs et non la collectivité nationale qui devra rembourser par ses impôts les centaines de milliards déjà annoncés d'aide aux employeurs.

- L'interdiction de sanction envers les travailleurs.

- Le dépistage systématique du COVID-19, pour tous les salariés qui travaillent dans les industries retenues comme essentielles".


►COVID-19

Les travailleurs du bâtiment demandent l'arrêt des chantiers

Plusieurs fédérations et syndicats représentatifs...