SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

GILETS JAUNES : UN DEUXIÈME FOURGON DE POLICE CAILLASSÉ SAMEDI À LYON

Lundi 18 Février - 14:35

Actu. locale


Le fourgon de CRS caillassé samedi 16 février sur l'A7 à Lyon - © Facebook/alternative Police nationale
Ce n'est pas un mais deux fourgons de la CRS autoroutière qui ont été pris pour cible samedi, sur l'A7 à Lyon, lors de l'acte 14 des gilets jaunes.


L'enquête ouverte à Lyon sur l'attaque d'un fourgon de police, samedi lors d'une manifestation des "gilets jaunes", inclut un premier caillassage survenu dans les mêmes circonstances, a-t-on appris lundi auprès du parquet, confirmant des informations de presse.

La manifestation des "gilets jaunes", à laquelle ont participé plus d'un millier de personnes, a bloqué pendant deux heures la circulation dans un sens de l'autoroute A7, qui traverse la ville de Lyon. Selon le quotidien régional Le Progrès, un premier fourgon de la CRS autoroutière, chargé de sécuriser les lieux, a été pris pour cible, des jets de pierre brisant une vitre.

Un deuxième caillassage plus violent

La seconde attaque, survenue une demi-heure plus tard et filmée de l'intérieur du véhicule par un policier, a été la plus violente, suscitant l'indignation des autorités. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a dénoncé une "violence insupportable", le secrétaire d'État Laurent Nuñez fustigeant des "hordes sauvages".

La vidéo de la scène dure plus d'une minute. Au volant du fourgon, pris dans le trafic, une jeune adjointe de sécurité tente de se frayer un chemin entre deux files de voitures, essuyant de nombreux jets de pierres qui brisent des vitres, dont la sienne. Les assaillants sont finalement repoussés par des forces de l'ordre intervenant à pied.



L'enquête, confiée à la Sûreté départementale, n'a donné lieu à aucune interpellation à ce stade.

(Avec AFP)