SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

DÉLUGE DE GRÊLE : DE LONGUES FILES D'ATTENTE DEVANT LES ASSUREURS À SAINT-ÉTIENNE

Lundi 17 Juin - 11:50

Actu. locale


File d'attente devant un assureur, à Saint-Étienne - © Anthony Perrel
Ce lundi matin, de nombreuses personnes affluent dans les différentes agences pour déclarer leurs sinistres, deux jours après les violentes intempéries qui ont touché le sud de la Loire.


"Une catastrophe". Brigitte habite à Saint-Étienne. Samedi après-midi, elle a vu tomber "des trombes d'eau". Ajouter à cela "du vent et de la grêle". Si elle a été épargnée par les dégâts, d'autres n'ont pas eu cette chance.

"Je n'ai jamais vu ça"

C'est le cas de Martine, à Roche-la-Molière, secteur particulièrement impacté par cet épisode. "C'est devenu noir comme en pleine nuit. D'un coup, il y a eu un déferlement de grêlons énormes qui ont tout saccagé. Avec un bruit d'enfer dans la maison. C'était insupportable et terrifiant".

"Une tuile sur deux est cassée dans la toiture, on a un trou dans la carrosserie de la voiture et dans le toit de la caravane", détaille-t-elle.

Même son de cloche du côté d'Angèle à Villars. "Je suis rentré dimanche soir, j'ai vu mes deux volets roulants complètement troués. Ça a soulevé les bouches d'égout, des caves ont été inondées. Je n'ai jamais vu ça", assure-t-il.

Annie habite, elle, dans le quartier de la Terrasse. Elle aussi s'est rendue ce lundi matin à l'agence de la Macif, à Bergson. "Il faut remplir une déclaration de sinistre, la ramener et on doit nous contacter sous 10 jours", confie-t-elle après son entretien avec son assureur.


"Accélérer les procédures d'indemnisation"

Après cet épisode, Auvergne-Rhône-Alpes va d'ailleurs être placée en état de catastrophe naturelle. C'est ce qu'a annoncé dès dimanche le ministre de l'agriculture, Didier Guillaume.

Le maire de Saint-Étienne a d'ailleurs demandé dès samedi soir au préfet la reconnaissance de cet état. "Cela permet d'accélérer les procédures d'indemnisation et de négocier le montant des franchises", confie ce lundi Gaël Perdriau, alors que ses services techniques continuent de recenser les sinistres sur la commune.

"Cet épisode a fait beaucoup de dégâts sur l'espace public mais aussi sur des bâtiments municipaux, les deux piscines de Grouchy et Raymond-Sommet ont dû être fermées, les parcs et jardins interdits. On a quelques bâtiments, notamment des gymnases, qui ont été abîmés, les particuliers et les entreprises aussi", ajoute-t-il.

Les maires de Villars et Roche-la-Molière doivent aussi déposer cette demande de déclaration de l'état de catastrophe naturelle.

►Actualité locale

[Vidéo] Loire : 215 interventions des pompiers liées aux intempéries

Les orages, la pluie et la grêle se sont abattus...