SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

À L'ÉCOLE, LA REPRISE PROGRESSIVE SE POURSUIT

Mercredi 27 Mai - 06:00

COVID-19


des élèves respectant les distances dans un collège - © Radio Scoop
Après les élèves de primaire il y a quinze jours, les collégiens de 6e et 5e ont retrouvé le chemin des établissements la semaine passée. Des rentrées qui se font au cas par cas avec des retours et des réussites divers. Reportage.


Selon les dernières indications du ministère, 20% des élèves sont accueillis en primaire en France. C'est un peu mieux dans le secondaire avec un tiers des collégiens de retour.

Priorité aux matières phares et... l'EPS


À Saint-Etienne, au collège Claude Fauriel, le chiffre est beaucoup plus élevé. Plus de de la moitié des effectifs sont accueillis (environ 65%). Évidemment, avec la crise sanitaire, les cours sont adaptés. "L'amplitude horaire est de 5 heures d'enseignement, c'est soit 8h/11h, puis 13h/15h ou alors 9h/12h et 14h/16h. Avec les espaces à notre disposition, on ne pouvait pas respecter l'agenda habituel", explique Aissa Mekki le principal.

Dans ce collège ligérien, les 6e ont cours les lundis et jeudis, les 5e les mardis et vendredis. "On a privilégié les matières fondamentales, comme le français, les mathématiques ou l'histoire. Et j'ai souhaité inclure l'EPS. Car beaucoup d'enfants n'ont rien fait pendant deux mois et plusieurs d'entre eux sont revenus au collège avec du surpoids".



"On a perdu certains élèves, c'est certain"


Derrière les chiffres et les adaptations, il y a aussi une réalité. Pour certains élèves en difficulté, la crise sanitaire a laissé des traces. "Nous sommes en éducation prioritaire ici et on a perdu quelques élèves, c'est une évidence. Et nous avons aussi eu le retour de certains enfants d'origines étrangères qui ont perdu l'usage de la langue française. Ils ne l'ont plus pratiquée pendant deux mois avec le confinement et il faut répondre à tout cela", souligne le proviseur.

L'inspecteur académique de la Loire, Jean-Pierre Batailler milite d'ailleurs pour un retour des enfants à l'école ou au collège. "Il est possible de faire mieux, d'accueillir plus d'enfants, tout en respectant toutes les règles de sécurité", explique-t-il. "On se rend compte que la présence dans les écoles est appréciée, pour trois raisons principales : le retour à une vie sociale, puisqu'on revoit ses copains. Ensuite, l'apprentissage des gestes barrières se fait de façon naturelle. Et enfin d'un point de vue scolaire, on apprend mieux et plus facilement à l'école au milieu de ses camarades que seul à la maison".

Rappelons que les élèves de 4e et 3e pourraient être accueillis la semaine prochaine. Le gouvernement doit trancher ce jeudi à ce sujet.