SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

SANCTIONS COLLECTIVES APRÈS ASSE / ANGERS : « INADMISSIBLE » POUR LES SUPPORTERS

Mercredi 27 Octobre - 05:00

Football


Triste spectacle à Geoffroy-Guichard ce vendredi soir. - © Radio Scoop
Cinq jours après le match entre Saint-Étienne et Angers, deux jours après les sanctions prononcées, le sujet est toujours aussi brulant dans le Forez. Les supporters s'insurgent notamment contre le huis-clos total prononcé par la commission de discipline de la Ligue de football professionnel.


Après les incidents de ce vendredi 22 octobre, où le coup d'envoi du match contre Angers a été repoussé d'une heure, la commission de discipline de la Ligue a rendu ses premières sanctions ce lundi.

"Les sanctions ? Elles sont inadmissibles"


Verdict : huis clos total du Chaudron, contre le Clermont Foot le dimanche 7 novembre, avant une mesure définitive attendue le 17 novembre. Les Verts ne pourront pas non plus compter sur le soutien de leurs supporters à Metz, ce samedi 30 octobre.

Comme très souvent, c'est la sanction collective qui a été privilégiée. Au grand dam des fans. "C'est inadmissible. Encore une fois, on va sur une sanction collective alors qu'il existe tout un arsenal administratif et judiciaire pour sanctionner les fauteurs de troubles", peste Jean-Guy Riou, le président de l'USS, l'union des supporters stéphanois.

"Là, on sanctionne potentiellement 42 000 supporters de l'AS Saint-Étienne. Le papy qui est abonné et pour qui le match est sa seule sortie de la semaine, le père et son fils qui se sont saignés pour prendre un abonnement et s'offrir un moment de loisirs. Eux n'ont pas jeté des fumigènes sur la pelouse".



Pourquoi ne pas prendre plutôt des sanctions individuelles ?


La sanction est jugée disproportionnée et incohérente. "On est aussi privés du déplacement à Metz, où est la logique ? L'incident se déroule à Saint-Étienne et on est interdit de parcage à Metz ?", souffle Jean-Guy Riou avant de conclure, "la ministre chargée des Sports, Roxana Maracineanu a déjà expliqué être contre ce type de sanctions qui touchent tout le monde. Et puis personnellement, j'ai fait mon service militaire et les sanctions collectives étaient interdites à l'armée. Donc ça me met hors de moi de sanctionner tout un stade pour des faits de quelques-uns !"

Le maire de Saint-Etienne et président de la Métropole, Gaël Perdriau est aussi revenu sur les derniers événements qui secouent le club stéphanois. "Les incidents sont déplorables et ils pénalisent tout le monde. Ce qu'on a vu, ce n'est pas l'image de l'ASSE que l'on connait à travers le monde. On doit supporter l'équipe en toute circonstance, donc je regrette les débordements et ces conséquences. Je pense qu'on a les moyens aujourd'hui pour prendre des sanctions individuelles, mais on est dans le monde du football et tout cela m'échappe..."

Les mesures définitives de la LFP sont attendues le 17 novembre.