SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

L'ACADÉMIE DE TONY PARKER LANCE SON RECRUTEMENT

Lundi 10 Décembre - 05:10

Sport


Axel Aragon espère intégrer la TP Academy en septembre 2019 - © DR
Les bâtiments sont sortis de terre, le campus à l'américaine situé à deux pas du Palais des Sports de Gerland est quasiment prêt et pourra accueillir sa première promotion à la rentrée de septembre 2019


Les dossiers de candidature peuvent être déposés depuis la semaine dernière. Axel Aragon, un adolescent de Villefranche, a été le plus réactif. "J'adore le basket, je suis fan de Tony Parker, donc quand mes parents m'ont parlé de cette possibilité, j'étais enthousiaste ! Au départ, je voulais faire un sport-étude. Pouvoir côtoyer des étudiants venus d'autres horizons, c'est enrichissant. Partager les passions des autres également", estime Axel, originaire de Villefranche et accroc au basket depuis toujours.

"En France, on ne valorise pas assez le sport"


Des cours avec des horaires aménagés d'un côté, le sport avec des terrains de basket de l'autre : le concept séduit les étudiants mais effraie généralement les parents. Mais pas Annabelle. "Les deux sont liés : le sport permet d'être bien dans sa tête, et par effet boule de neige, dans ses études. En France, on ne valorise pas assez le sport. De toute façon, je préfère le voir sur un terrain de basket que devant la télé à jouer à la console", souligne la maman d'Axel.

Reste que l'académie débute à peine. "C'est un stress, on se demande si on fait le bon choix, comme n'importe quel parent qui oriente son enfant en Seconde. Le modèle n'a pas été éprouvé mais sur le papier, Tony Parker s'est associé avec une entreprise (Adequat) et avec Acadomia, qui est reconnu au niveau de l'enseignement. L'association a tout pour réussir", assure Annabelle Aragon.

Le seul bémol pour Annabelle Aragon, c'est le prix. Les étudiants sont nourris, logés et blanchis, contre 25 000 euros à l'année.