SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

TESTS SALIVAIRES À L'ÉCOLE : GABRIEL ATTAL RÉPOND AUX SYNDICATS EN COLÈRE

Vendredi 26 Février - 16:44

Actu. locale


Le porte-parole du Gouvernement Gabriel Attal, aux côtés des élèves de l'école Jules Vallès à Saint-Fons - © Valentin Chenard
Le porte-parole du Gouvernement assistait à un dépistage salivaire des élèves de l'école Jules Vallès à Saint-Fons, près de Lyon dans le Rhône, ce vendredi 26 février. Il a réagi sur la question des tests effectués par les enseignants eux-mêmes.


Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal était en déplacement ce vendredi 26 février dans l'école Jules Vallès à Saint-Fons dans le Rhône. Il a notamment assisté au dépistage salivaire des élèves. Pas de grand coton-tige dans le nez cette fois-ci, une façon de tester bien moins contraignante pour les écoliers puisqu'il suffit de recueillir de la salive dans un petit flacon.

Une écolière pendant un test de dépistage salivaire contre la Covid19 © Valentin Chenard

"Ça va se déployer progressivement" explique Gabriel Attal, "dans l'académie de Lyon 12.000 prélèvements pourront être réalisés la semaine prochaine, et ça va monter à 17.000 deux semaines semaine plus tard. Au niveau national, notre objectif est d'arriver à 200.000 prélèvements par semaine probablement à la mi-mars".

Les syndicats enseignants en colère


Du côté des syndicats, cette nouvelle campagne de dépistage salivaire dans l'école irrite. Dans un communiqué la FNEC FP-FO demande "un recrutement d'infirmières et de médecins scolaires fonctionnaires d'Etat" tandis que le SNUipp-FSU appelle "au boycott pur et simple de ces premiers tests". En effet, dans une note du Ministère reçue par les écoles, il est écrit que ce sont les enseignants qui devront assurer l'encadrement de ces prélèvements après une rapide formation par des personnels de laboratoire : "les enseignants ne sont pas des laborantins" s'indigne le syndicat.

Réponse de Gabriel Attal à cette colère lors de sa visite, "il y a une mobilisation collective et il arrive régulièrement que du personnel administratifs, du personnel des collectivités locales, des fonctionnaires, des contractuels puissent être mobilisés pour accompagner ce dépistage (...) évidemment rien ne sera jamais imposé et tout se fait sur la base du volontariat" a expliqué le porte-parole du Gouvernement.