SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

SAINT-ÉTIENNE : DU SUCCÈS POUR LE DÉPISTAGE MASSIF DE LA COVID-19

Mercredi 13 Janvier - 17:55

COVID-19


un test PCR - © Radio Scoop
La campagne de dépistage massif du Covid-19 organisée à Saint-Étienne a démarré ce mercredi 13 janvier sous de bons auspices.


Les habitants de Saint-Étienne se sont présentés nombreux aux centres de test dédiés à la campagne de dépistage massif, installés dans la ville.

"On est agréablement surpris par l'affluence de cette première matinée", témoigne Julie Gagnaire, médecin au CHU et référent de la campagne.

Des opérations similaires, menées avant les fêtes au Havre, en Seine-Maritime, et dans les Ardennes, avaient suscité un intérêt limité des populations concernées. Une autre opération de même type est menée depuis ce lundi 11 janvier à Roubaix (Nord).

Sous une pluie fine, plusieurs dizaines de personnes se pressaient dès 10 heures, dans le calme, devant un pavillon de l'hôpital de la Charité, à l'ouverture de l'opération prévue pour durer une semaine.



Obligé de patienter à l'abri d'un petit chapiteau installé devant l'entrée, Gérald, un demandeur d'emploi de 39 ans, a déjà réalisé un test qui s'était avéré négatif avant les fêtes de fin d'année. "On m'a conseillé de recommencer, comme je vois pas mal de copains", dit-il.

Une jeune retraitée, surprise par le temps d'attente annoncé, préfère faire demi-tour en apprenant qu'elle pourra revenir sur rendez-vous.

"Ça dépiste quoi au juste ?", s'enquiert-elle avant de repartir: "Si j'ai le Covid ? Si je suis asymptomatique ? Si je suis contagieuse ?", demande-t-elle en direction d'une jeune femme revêtue d'un blouson bleu aux couleurs du CHU de Saint-Étienne.

"Uniquement si vous êtes positive", lui répond Eloïse de Saint-Denis, étudiante en troisième année de médecine, qui gère la file d'attente et va consacrer deux journées à cette opération.

Elle fait partie des 300 étudiants en médecine ou élèves infirmiers mobilisés sur sept jours, "également dans la fonction de médiateur, pour laquelle ils ont reçu une formation, afin d'expliquer la marche à suivre aux personnes testées, en fonction du résultat obtenu", selon Pascale Mocaer, directrice par intérim du CHU de Saint-Etienne.



La responsable rappelle aux journalistes présents que ce site est dédié à accueillir essentiellement des personnes qui ne présentent pas de symptômes. Deux des quatorze centres de dépistage installés pour l'occasion sont en revanche spécialement destinés aux personnes potentiellement contaminées.

Pour tester le pourcentage le plus élevé possible des 175 000 habitants de Saint-Étienne, l'accueil de la population se poursuit sans interruption jusqu'à 19h30.

La campagne utilise essentiellement les tests antigéniques BioSpeedia, conçus à Saint-Étienne et produits à Lyon, les tests PCR étant réservés aux cas suspects.

Plus d'une heure d'attente


Constatant que les candidats sont majoritairement âgés, le Dr Gagnaire invite "les jeunes, souvent asymptomatiques mais parfois porteurs de très forte charge virale, à venir... Deux semaines après les fêtes, c'est un bon timing pour le faire".

"D'autant que le taux d'incidence, qui est aujourd'hui de 214 (pour 100 000 habitants) localement, est en train de remonter", ajoute-t-elle.

Nadège Grataloup, directrice de l'Agence régionale de santé (ARS) pour la Loire note de son côté que "le temps d'attente a pu dépasser une heure ce matin sur plusieurs des centres de test". "Cette affluence qui nous réjouit va nous amener à des ajustements dans les jours qui viennent".

Le maire (LR) Gaël Perdriau, venu assister au démarrage de l'opération, se dit lui aussi satisfait de la fréquentation: "Déjà 1 000 rendez-vous ont été pris par internet ou par téléphone, car l'information a bien circulé".

"J'ai proposé au ministre de la Santé (Olivier Véran) qu'une fois l'opération terminée, on conserve ces installations pour y pratiquer la vaccination, qui démarrera demain (jeudi) dans les cinq Ehpad municipaux", ajoute l'élu Les Républicains.