SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

POUR SCOLARISER SA FILLE, LE PARCOURS DU COMBATTANT D'UNE MAMAN LYONNAISE

Mercredi 24 Mars - 05:20

Actu. locale


Mobilisation des AESH devant les grilles du rectorat de Lyon. - © Radio Scoop / Léa Duperrin
Une manifestation est prévue ce mercredi 24 mars en début d'après-midi devant les grilles de l'Inspection académique de Lyon rue Jaboulay. Des parents et des accompagnants d'élèves en situation de handicap (AESH) alertent sur les difficultés rencontrées dans plusieurs établissements.


Nour, 3 ans et demi, a fait sa première rentrée en maternelle au mois de septembre. Atteinte d'une maladie génétique rare qui entraîne des difficultés de motricité, elle a besoin d'un accompagnement pour suivre certaines activités. Tout était prêt, puisque la demande d'un accompagnement de 12 heures par semaine avait été faite en juillet. Pourtant, rien ne s'est passé comme prévu.

Un courrier au Président de la République


Le jour de la rentrée, l'accompagnant d'élèves en situation de handicap (AESH) n'est pas là. Sophie, la maman de Nour, ne s'inquiète pas lorsqu'on lui dit que cela arrive, que c'est la rentrée, que tout va se mettre en place. Mais en octobre, elle commence à relancer, on lui dit alors qu'un AESH sera là pour les 12 heures hebdomadaires, mais le jour-j : personne.

"On apprend finalement que l'AESH nommée sur le poste est en arrêt maladie. Et que les arrêts maladie ne sont pas remplacés. L'école n'étant pas l'employeur de l'AESH, même la direction de l'établissement ne savait pas ce qu'il en était", explique Sophie.

Sans cet accompagnement et pour ne pas surcharger l'école qui fait le maximum, elle décide de mettre Nour à l'école seulement les matins. "C'est très difficile de savoir à qui s'adresser. J'ai frappé à toutes les portes, j'ai envoyé des courriers à l'Inspection académique, j'ai même écrit à Emmanuel et Brigitte Macron... Et puis le 17 décembre, j'ai saisi le Défenseur des Droits."

Une démarche a priori payante, puisque l'Inspection finit par promettre un accompagnant le 22 février. Entre temps, la directrice de l'école de Nour a pu s'arranger avec un autre établissement pour qu'un AESH puisse venir les jeudis après-midi. "C'était déjà un début, on était content", poursuit Sophie.



"Un jour j'ai appris que la personne était partie"


L'AESH devait venir les lundis et les vendredis, mais en questionnant sa fille, Sophie se rend compte que l'accompagnant est absent régulièrement. "Et puis un jour, j'ai appris que la personne était partie", explique-t-elle. "Même si ce n'était que trois semaines, que l'attachement n'est pas encore trop important, il faut l'expliquer à Nour, c'est compliqué."

Encore aujourd'hui, un nouvel AESH lui a été confirmé, mais Sophie préfère ne pas y croire tant qu'elle ne l'a pas vu "en vrai".

Elle compte bien continuer ce "parcours du combattant", elle sait que pour d'autres enfants en situation de handicap, les choses se passent bien. "Mais quand je vois le cas de ma fille... Je me dis qu'on nous parle d'école inclusive, mais qu'on n'y met pas les moyens."

Pour elle, le métier d'AESH n'est pas assez valorisé. Des salaires qui ne dépassent pas 800 euros, des temps-partiels subis et une nouvelle organisation qui met de nombreuses familles en difficulté : c'est aussi ce que les professionnels dénoncent. Ils seront de nouveau mobilisés à 14 heures devant la Direction des Services Départementaux de l'Éducation Nationale pour se faire entendre. Une pétition est déjà en ligne.