SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

NŒUD FERROVIAIRE LYONNAIS : QUELLE CIRCULATION POUR LES TRAINS EN 2040 ?

Mercredi 3 Avril - 06:00

Actu. locale


Un train arrive en gare de Lyon Part-Dieu. - © Twitter - @DebatNFL
Du 11 avril au 11 juillet 2019, un débat public est organisé dans l'ensemble de la région Auvergne-Rhône-Alpes sur le projet de réaménagement du nœud ferroviaire lyonnais.


Un million d'habitants supplémentaires sont attendus dans la région à l'horizon 2040, d'après la SNCF. Voilà le chiffre qui a poussé l'entreprise à vouloir réaménager le nœud ferroviaire lyonnais, c'est-à-dire l'ensemble des 12 lignes de chemin de fer qui convergent aujourd'hui vers Lyon.

Chaque jour, 1.200 trains (TGV, TER, fret confondus) circulent sur "le nœud ferroviaire le plus complexe et le plus emprunté de France".

Un débat public est donc organisé à travers 16 réunions publiques dans toute la région. À Lyon, Clermont-Ferrand, Saint-Étienne ou encore Ambérieu en Bugey, le public est d'abord invité à réfléchir sur les deux solutions d'aménagement proposées qui "permettront une augmentation de 40% du nombre de trains en circulation aux heures de pointe", explique Jean-Claude Ruysschaert qui préside le débat.



Deux projets et des interrogations

Le maître d'ouvrage, SNCF Réseau, soumet ainsi au débat deux projets de réaménagement. Les deux scénarios sont basés sur la construction de deux nouvelles voies qui traverseraient Lyon, sur dix kilomètres, entre Saint-Clair, au nord et la Guillotière au sud. Une première option, chiffrée à 2,8 milliards d'euros, opte pour des voies en surface. La seconde, évaluée à 4,3 milliards d'euros, propose des voies souterraines.

Après cinq mois de questionnement à des acteurs de la région, la commission du débat "a identifié les principales questions que pose le nœud ferroviaire", et qui seront également posées au public lors du débat. Parmi elles, la nécessité de l'augmentation ferroviaire dans la région, les impacts pour les riverains ou encore le niveau de service attendu en terme de fréquence des trains et des gares desservies.



Autant de questions qui seront débattues pendant trois mois jusqu'au 11 juillet. Les conclusions rendues par SNCF Réseau seront connues avant la fin de l'année.

Mais pour voir effectivement ce nouveau nœud ferroviaire, il faudra encore patienter. "Comptez 10 à 12 ans d'études à partir de l'année prochaine, et 6 à 8 ans de travaux", a détaillé le directeur du projet chez SNCF, Denis Cuvillier.