SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

MENU SANS VIANDE DANS LES CANTINES DE LYON : MANIFESTATION DES AGRICULTEURS ET NOUVELLES RÉACTIONS

Lundi 22 Février - 11:26

Actu. locale


Les agriculteurs du Rhône avaient prévu de se rassembler devant l'Hôtel de Ville
Des agriculteurs manifestent devant l'Hôtel de Ville de Lyon ce lundi. Ils protestent contre la décision de la mairie d'instaurer un menu unique sans viande dans les cantines en raison, selon elle, des contraintes sanitaires.


De locale, la polémique est devenue nationale. La décision des élus écologistes de la mairie de Lyon d'instaurer un menu unique sans viande dans les cantines pour pouvoir appliquer le nouveau protocole sanitaire a provoqué de multiples réactions depuis vendredi.

Ce week-end, deux ministres, celui de l'Intérieur et celui de l'Agriculture se sont exprimés sur la question. Julien Denormandie a annoncé avoir saisi le préfet du Rhône.

Ce lundi, ce sont les agriculteurs qui montent au créneau. À l'appel de la FDSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles), ils se sont réunis à proximité de l'Hôtel de Ville avec une dizaine de tracteurs mais aussi des vaches et des chèvres. "On travaille pour avoir des produits vertueux, on a des produits tracés, on fait beaucoup d'efforts et on nous balaye ça d'un revers de la main sans qu'on puisse rien dire", s'agace Laurent Courtois le co-président de la section bovine à la FDSEA du Rhône.

Les agriculteurs qui ont également prévu de se rassembler devant la préfecture du Rhône à 14h, dans leur viseur cette fois, la non application de la loi Egalim qui garantit une plus juste rémunération aux éleveurs.

La question s'invite au conseil municipal


Le début de la séance de ce lundi 22 février a été marquée par l'intervention de Béatrice de Montille, élue LR dans le 3è arrondissement, qui a reproché à l'exécutif "une décision prise sans aucune concertation préalable". Pour l'opposition de droite, l'équipe de Grégory Doucet profiterait de la crise sanitaire "pour accélérer [son] agenda végétarien et satisfaire une partie de [son] électorat".

Les élus de droite ont proposé "d'intégrer au moins un repas par semaine avec de la viande, pendant toute la durée du nouveau protocole sanitaire, les autres repas de la semaine pouvant comporter du poisson, ou des œufs, de façon à contenter tout le monde".

Proposition rejetée par le maire qui a rappelé que les repas qui sont proposés à partir de ce lundi comportent des protéines puisque du poisson et des œufs sont proposés. "Arrêtez de nous faire des procès d'intention. Nous avons voulu continuer à servir des repas chauds et une alimentation de qualité à tous les enfants. Il ne s'agit pas d'idéologie mais seulement d'un bon sens pratique", a répondu Gregory Doucet.

Pour rappel, la marie estime que ce menu unique doit permettre d'accélérer le service et d'accueillir tous les enfants. "Pour correspondre au goût du plus grand nombre, on a décidé d'enlever la viande", avait indiqué vendredi l'élue en charge de l'éducation.

Ce menu sera servi à compter de ce lundi et au moins jusqu'aux vacances de Pâques dans les 206 écoles de la ville.

Réaction de Bruno Bernard, le président EELV de la Métropole de Lyon
La mairie a pris "une décision de gestion de crise sanitaire" et "on attend du gouvernement qu'il cesse les polémiques et qu'il nous soutienne", a réagi Bruno Bernard sur BFMTV ce lundi matin. "C'est un manque de respect pour les élus locaux et ça montre aussi que ce gouvernement a un problème avec l'écologie."

Réaction d'Olivier Véran, le ministre de la Santé est en déplacement à Lyon et Villefranche-sur-Saône ce lundi
À la différence de ses collègues Gérald Darmanin et julien Denormandie, Olivier Véran pense qu'il "n'y a pas lieu de polémiquer".
"Je comprends que dans les familles en précarité, la viande, le poisson peuvent coûter cher, donc quand on met son enfant à l'école et à la cantine, c'est aussi l'occasion pour l'enfant d'avoir des protéines animales qui sont importantes dans un régime nutritionnel", a déclaré Oliver Véran à la presse en marge d'un déplacement dans une Caisse d'allocations familiales (CAF) à Lyon.

"A côté de ça, je ne suis pas choqué qu'on puisse proposer des menus sans viande ni poisson à l'école. La question, c'est quelle est la motivation sous-jacente. Il n'y a pour moi pas lieu de polémiquer, mais une attention à porter au régime alimentaire des enfants", a-t-il ajouté.

Réaction du groupe communiste à la Ville de Lyon
Dans un communiqué publié ce lundi, le PCF de Lyon s'étonne des réactions des membres du gouvernent ce week-end qui ont donné à la polémique une ampleur nationale.

"Bien sûr, voir les élus LREM et l'ensemble de la droite s'inquiéter pour l'équilibre alimentaire des petits lyonnais des familles les plus précaires serait une bonne nouvelle… si l'inquiétude n'était pas que de façade ! Car enfin, que font ces indignés face à la misère quotidienne ?
Les entend-on s'émouvoir de la baisse des APL qui réduit le pouvoir d'achat des ménages les plus fragiles ? NON !
Les voit-on s'opposer à une réforme de l'assurance chômage qui met en difficulté des milliers de familles ? NON !
Montent-ils au créneau pour que le RSA soit ouvert aux moins de 25 ans et notamment aux étudiants qui font aujourd'hui la queue devant les associations humanitaires pour pouvoir se nourrir ? NON
!"