SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LYON : UNE PÉTITION CONTRE LE GASPILLAGE ET LE PLASTIQUE DANS LES CANTINES

Vendredi 19 Avril - 06:00

Actu. locale


C'est dans ces barquettes en plastiques que les plats préparés par Elior à la cuisine centrale de Rillieux-la-Pape sont livrés dans les cantines de Lyon - © DR
Des parents d'élèves lyonnais s'inquiètent pour la santé de leurs enfants....et celle de la planète.


À l'origine de cette pétition, il y a une observation que des parents d'élèves ont menée en novembre 2018, dans une école du 4e arrondissement de Lyon, lors de la semaine européenne de réduction des déchets.

Pendant une semaine, ils se sont rendu tous les jours à la cantine et dans les cuisines. À partir de ce qu'ils ont constaté pendant cette semaine (l'étude est à retrouver ici), ils ont établi une projection à l'année.

Dans ce restaurant scolaire fréquenté par 480 élèves environ, en un an, ce sont :

- 2,7 tonnes de plastiques qui sont jetées
- 16,1 tonnes de biodéchets qui ne sont pas valorisés
- 1,5 tonnes de denrées récupérables qui partent à la poubelle

Si l'on rapporte ces chiffres à l'ensemble des 167 cantines de la ville de Lyon, il y a de quoi avoir le tournis. Et cela fait dire à Marie Houdant, parent d'élèves élue dans cette école et signataire de la pétition : "même si les parents sont mobilisés, il faut que la volonté politique soit plus forte pour imposer le changement".

"On aimerait que la mairie de Lyon agisse en faveur de ces choses-là qui deviennent des urgences écologiques et sanitaires", ajoute-t-elle.

Des parents d’élèves lyonnais ont passé une semaine dans la cantine de leurs enfants pour peser et calculer ce qui était jeté tous les jours


Des barquettes recyclées pour remplacer le plastique

De son côté, la mairie annonce que dès la rentrée 2019 des tests vont avoir lieu dans plusieurs restaurants scolaires de la ville pour trier et valoriser les déchets à grande échelle, que ces déchets soient compostables ou non.

Pour les denrées que les élèves ne touchent pas, comme les fruits et les gâteaux secs, elles seront plus systématiquement mis à disposition des directeurs d'accueils de loisir pour les enfants qui ont oublié leurs goûters.

Enfin, concernant les barquettes en plastiques dans lesquelles les plats sont livrés et réchauffés, la mairie mène des tests sur des barquettes biodégradables. "Pour l'instant ces barquettes ne peuvent pas passer dans nos fours et il n'existe pas de fournisseurs capables d'alimenter toutes nos cantines, mais nous allons poursuivre les tests", assure Guy Corazzol, l'adjoint à l'Education.

L'élu souligne toutefois que ces barquettes présenteraient un coût supplémentaire de 50 000 euros par an, par rapport aux barquettes en plastiques, avant de rassurer : "ces barquettes ne présentent pas de risque sanitaire pour les enfants, car les plastiques utilisés par Elior (ndlr le prestataire de service) ne contiennent donc pas de perturbateurs endocriniens (phtalates et bisphénol A)".

Le plastique ne va donc pas disparaître des cantines lyonnaise du jour au lendemain, mais l'élu espère bien y parvenir avant l'entrée en vigueur de la loi qui impose de bannir ce genre de contenant à usage unique des restaurants scolaires et des lieux qui accueillent des enfants de moins de 6 ans, au plus tard le 1er janvier 2025.

"Je comprends les aspirations légitimes des parents, mais il faut aussi s'inscrire dans les contraintes d'une ville comme Lyon qui sert 28 000 repas par jour", rappelle Guy Corazzol.