SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LYON : UN MANIFESTE CONTRE L'EXTRÊME-DROITE LANCÉ PAR LA LICRA

Dimanche 2 Décembre - 06:00

Actu. locale


La vitrine de l'horloger de Saint-Paul - © DR
Un manifeste contre l'extrême-droite à Lyon a été publié cette semaine par la LICRA, la Ligue Internationale contre le Racisme et l'Antisémitisme.


"Lyon, capitale de la Résistance, ne sera pas la vitrine de l''extrême-droite", titre le manifeste. L'ouverture de l'ISSEP, l'école de Marion Maréchal-Le Pen, mais aussi la présence de plusieurs locaux appartenant à des groupuscules d'extrême-droite dans le Vieux-Lyon, inquiètent la LICRA Auvergne-Rhône-Alpes.

L'objectif selon Alain Blum, le président de la LICRA Auvergne-Rhône-Alpes, c'est "de mobiliser les citoyens sur ce que représente l'extrême-droite sous différentes formes dans notre ville".



38 élus de la région, dont le président de la Métropole David Kimelfeld ou la maire du 1er arrondissement Nathalie Perrin-Gilbert, ont signé ce manifeste.

"Le ministre a été taiseux"

Mais il faut préciser que Gérard Collomb ne fait pas encore partie des signataires. "Le manifeste était adressé à tous les élus alors qu'il était encore ministre de l'Intérieur, c'est certainement la raison pour laquelle il n'a pas voulu le signer", explique le président de la LICRA, Mario Stasi.

Toujours à propos de Gérard Collomb lorsqu'il était au ministère, Mario Stasi affirme avoir "adressé à plusieurs reprises un courrier officiel demandant la dissolution de Génération Identitaire. Mais nous n'avons pas eu de réponse, je peux dire que le ministre a été taiseux".

Philippe Carry, "l'horloger de Saint-Paul", était également présent pour afficher son soutien. L'année dernière, sa vitrine du Vieux-Lyon avait été saccagée par des militants d'extrême-droite.