SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LYON : DES "CLUBS COUP DE POUCE" POUR LES ENFANTS TIMIDES ET RÉSERVÉS

Mardi 5 Février - 06:00

Actu. locale


Le "club coup de pouce" de Aristide-Briand dans le 7e arrondissement. - © Hugo Francés
Depuis le début de l'année, la Ville de Lyon a mis en place dans 25 écoles maternelles des ateliers en partenariat avec l'association Coup de Pouce. Une aide autour du langage pour les enfants qui ne prennent pas souvent la parole en classe.


Ils sont en grande section, timides, réservés, ou pas à l'aise avec la prise de parole. Et depuis le début du mois de janvier, ils sont regroupés par cinq ou six dans chaque école pour apprendre à parler plus facilement. Une heure après les cours, trois fois par semaine, les "petits parleurs" discutent et jouent avec une enseignante de leur école.

L'école Aristide-Briand de Gerland (7e arrondissement) met en place les "clubs coup de pouce" depuis le début de l'année. C'est Marie-Pierre Jabre, professeur des écoles, qui coordonne les ateliers. "En quelques semaines ils ont fait des progrès extraordinaires, et ce n'est que le début", raconte-t-elle avec le sourire après un atelier. "L'idée, ce n'est pas de prendre en charge des enfants qui ne parlent pas du tout français. Les enfants ici se sentent déjà élèves, il parlent plutôt bien. C'est juste que dans un groupe de 25 à 30 élèves, ils ont plus de mal à trouver leur place".

Impliquer les parents



Si l'enseignante qui dirige les ateliers occupe une place primordiale dans "la prise de confiance des enfants", les parents aussi ont un rôle à jouer. "Le but c'est aussi d'impliquer les parents dans le processus. C'est pour ça qu'il leur ait demandé de venir les 10 dernières minutes de l'atelier pour suivre l'une des séquences", relate Guy Corazzol, adjoint au maire délégué à l'éducation.



Les ateliers se déroulent jusqu'à la fin de l'année scolaire, au début du mois de juillet, pour les enfants en grande section. "L'idée c'est d'élargir encore plus le dispositif, puisque aujourd'hui on a 25 écoles concernées sur les 27 demandes reçues". L'opération se fait dans des écoles en zone prioritaire et pas, "il faut surtout avoir une équipe enseignante disponible et motivée", conclut l'adjoint au maire.