SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LOIRE / LYON : CINQ BRAQUEURS PRÉSUMÉS DEVANT LA JUSTICE

Lundi 21 Janvier - 09:46

Actu. locale


Un distributeur automatique de billets de banque - © DR
Ces cinq hommes sont soupçonnés d'être impliqués dans trois affaires entre 2013 et 2014 dans la Loire. Ils sont jugés à partir de lundi devant la cour d'assises de Lyon.


Âgés de 33 à 68 ans, ces cinq individus sont accusés d'avoir attaqué des distributeurs automatiques de billets (DAB) et un fourgon blindé.

Certains ont reconnu les faits au cours de l'information judiciaire, menée par la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Lyon, expliquant avoir des dettes vis-à-vis de l'administration fiscale.

Un fourgon blindé attaqué à la kalachnikov

La première attaque remonte au 9 novembre 2013. Vers 05H00 du matin, à L'Étrat, la façade d'un DAB d'une agence du Crédit Agricole était détruite à l'aide d'un puissant explosif (de la penthrite) mais l'appareil ne s'ouvrait pas.

Le 23 décembre suivant, c'est la porte du local d'accès au DAB de la Caisse d'Épargne dans le quartier de Terrenoire, à Saint-Étienne, qui était attaquée par deux hommes, au moment où un employé de la société de transport de fonds Prosegur le réapprovisionnait.

Ce dernier a été très grièvement blessé par l'explosion, après avoir reçu une pièce métallique sur la tête. Les deux malfaiteurs étaient repartis avec plus de 92.000 euros.

La troisième attaque reprochée à cette équipe date du 6 octobre 2014, lorsqu'un fourgon blindé de Prosegur a été pris d'assaut à la station-service de La Chabure, au bord de l'A47.

Deux personnes armées de fusils d'assaut kalachnikov avaient tiré sur le véhicule, où se trouvaient trois convoyeurs. Tandis que l'un des malfrats s'apprêtait à fixer une charge explosive sur le fourgon, l'attaque s'était soudainement arrêtée: les malfaiteurs avaient pris la fuite, l'un d'eux s'étant accidentellement tiré une balle dans un pied.

Outre des traces de sang, les enquêteurs avaient retrouvé sur place 44 douilles de calibre 7,62 mm.

Pour identifier un profil ADN inconnu relevé durant l'enquête sur ces faits, le juge d'instruction a eu recours à une expertise génétique dite "en parentalité". Cette technique consiste à comparer ce profil avec d'autres enregistrés au fichier des empreintes génétiques, où des ascendants ou descendants de la personne à identifier peuvent figurer. Ce qui était le cas pour l'un des mis en cause.

Sur le banc des parties civiles seront assis deux salariés de Prosegur, le dabiste attaqué à Terrenoire, handicapé à vie, et une convoyeuse présente dans le fourgon à La Chabure, qui n'a pas repris son travail depuis en raison du choc psychologique subi.

Verdict attendu le 1er février.

(avec AFP)