SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LE GOUVERNEMENT PRÉSENTE SA STRATÉGIE DE VACCINATION

Jeudi 3 Décembre - 18:07

France


Le Premier ministre Jean Castex
Le Premier ministre a pris la parole ce jeudi soir pour présenter la stratégie du gouvernement concernant les vaccins face à l'épidémie de Covid-19.


Lundi, la Haute Autorité de Santé (HAS) avait déjà proposé plusieurs recommandations en matière de vaccination, préconisant d'agir en cinq phases et privilégiant en premier les personnes âgées vivant en EHPAD. Ces recommandations seront suivies par le gouvernement.

La situation sanitaire s'améliore mais reste fragile


"La situation sanitaire s'améliore, le nombre de cas positifs diminuent et la pression sanitaire s'allège dans les hôpitaux", a tout d'abord précisé Jean Castex. "C'est aussi le résultat de notre stratégie de freinage, (...) des mesures qui restent nécessaires car notre situation reste fragile."

Suite à la décision du Conseil d'État, les lieux de cultes vont pouvoir accueillir les fidèles dès demain avec une nouvelle règle : respecter une distance entre chacun d'un siège sur trois et d'une rangée sur deux.

Pour Noël Jean Castex a recommandé de respecter le nombre de six personnes par foyer, sans compter les enfants.

"La France aura suffisamment de vaccins"


Avant le 29 décembre l'Agence Européenne du Médicament se prononcera sur la mise sur le marché des deux vaccins les plus avancés, Pfizer BioNTech et Moderna. Puis la Haute Autorité de Santé se prononcera.

"Le début de la vaccination est désormais une question de semaines", a expliqué Jean Castex. "La France aura suffisamment de vaccins."

Une "task force" a été formée au niveau européen pour que tous les pays de l'Union aient les vaccins en même temps et au même prix.

Au total, 200 millions de doses seront livrées en France ce qui représentera 100 millions de personnes vaccinées. Le vaccin nécessitera en effet deux injections à quelques semaines d'intervalle.

Le Premier ministre a précisé que ce chiffre, supérieur aux nombres de doses nécessaires, s'expliquait par une marge de sécurité et un taux de perte de vaccins qui doit être pris en compte.

"La France ne paiera que ce qui a été livré", a indiqué Jean Castex. Le vaccin sera gratuit pout tous, ce qui représentera pour l'État la somme de 1.5 milliards d'euros compris dans le budget de la sécurité sociale en 2021.

Un plan de vaccination en trois phases


La première phase d'un plan en trois étapes concernera les personnes prioritaires, les plus à risque face à la Covid-19 notamment les personnes résidant dans les EHPAD et les personnels qui y travaillent (1 million de personne).

"Tout le monde ne pourra pas se faire vacciner dès le début", a ainsi rappelé le Premier ministre.

La deuxième phase qui s'étendra de février au printemps permettra d'ouvrir progressivement la vaccination aux personnes âgées de 75 ans et plus, 65 ans et plus, aux soignants, aux patients présentant des facteurs de comorbidité (14 millions de personnes).

La troisième phase concernera l'ensemble de la population, une phase dite "grand public", qui commencera au printemps.

Le Premier ministre, Jean Castex, promet également un débat au Parlement ce mois-ci sur la stratégie française de vaccination contre le Covid-19.

Les vaccins Pfizer et BioNTech et Moderna sont les plus avancés, vient ensuite le vaccin de Sanofi qui est en phase trois.

Le "monsieur vaccin" du gouvernement, le médecin et immunologiste Alain Fischer a ensuite pris la parole pour revenir en détail sur ces différentes étapes, appelant aussi les professionnels de santé à tout faire pour avoir la confiance des Français concernant les vaccins.


Le vaccin ne sera pas obligatoire


"Le vaccin ne changera pas fondamentalement le cours de l'épidémie dans les prochains mois", a également insisté le ministre de la Santé Olivier Véran, invitant les Français à poursuivre leurs efforts sur les gestes barrière et l'isolement des cas positifs et cas-contacts.

Le vaccin ne sera pas obligatoire a également rappelé Olivier Véran, qui a promis une campagne vaccinale "en toute transparence". Le Premier ministre a parlé d'un effort collectif, ajoutant "se vacciner, c'est aussi protéger les autres."

Un Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale sera par ailleurs créé, avec des professionnels de santé, des représentants des collectivités territoriales ou encore des associations de patients. Il sera présidé par Alain Fischer.