SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

CLERMONT-FERRAND : DES PISTOLETS À IMPULSION ÉLECTRIQUE POUR LES POLICIERS MUNICIPAUX

Jeudi 9 Décembre - 05:00

Actu. locale


Les policiers municipaux de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) sont équipés de pistolets à impulsion électrique. - © Tiphaine Coulon / Radio Scoop
12 pistolets à impulsion électrique ont été achetés par la ville de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) pour équiper ses policiers municipaux. Des policiers qui se disent "rassurés" à l'idée de patrouiller avec ce nouvel équipement.


Impossible de manquer les pistolets jaunes qui équipent désormais les policiers municipaux de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Il s'agit de pistolets à impulsion électrique, plus connus sous le nom de Taser. La mairie en a acheté 12 pour équiper les différentes patrouilles.

Des policiers formés et rassurés


Laure a suivi trois jours de formation en septembre 2021 avant d'être autorisée à patrouiller avec ces pistolets à impulsion électrique. "En gendarmerie et en police, la formation, c'est une demi-journée. Nous c'est en trois jours. On a une journée où c'est vraiment l'aspect théorique et deux jours où c'est pratique. On tire deux cartouches réelles et trois cartouches d'entraînement", précise la jeune femme.

Elle l'avoue, elle espère qu'elle n'aura jamais à se servir de ces pistolets, ce qui serait le signe d'une intervention qui tourne mal. Mais elle se sent plus rassurée. "On n'avait pas de moyens de se défendre en fait. Un bâton télescopique ou une gazeuse, ce n'est pas une réelle arme ! Là on se sent plus en sécurité", confie Laure.



Ces pistolets à impulsion électrique sont d'abord présentés comme des armes de dissuasion. "Vous appuyez sur des boutons qui font apparaître des arcs électriques. C'est pour dissuader dans un premier temps, avant de tirer. Cela crée ce qu'on appelle une rupture électro-musculaire : la personne se crispe, les muscles sont désolidarisés du cerveau. Donc elle chute, ce qui nous permet de la neutraliser", explique Mario Mathieu, chef de service à la police municipale de Clermont-Ferrand.

C'est le préfet du Puy-de-Dôme qui délivre les autorisations d'utilisation des pistolets. Et les interventions sont filmées, puisqu'une caméra se déclenche automatiquement, dès que le pistolet est mis sous tension.

40 000 euros ont été investis pour l'achat du matériel et 13 000 pour la formation des policiers municipaux.