SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

CHAMALIÈRES : MALAISE CHEZ LES POLICIERS MUNICIPAUX

Mercredi 20 Novembre - 11:31

Actu. locale


Police municipale
Près de la moitié d'entre eux se sont mis en arrêt maladie.


Que se passe-t-il au sein de la police municipale de Chamalières ? 7 agents sur 15 seraient actuellement en arrêt maladie. Cet été, le chef de service a tenté de se suicider avec son arme de service, devant d'autres agents.

Harcèlement de la part de la hiérarchie ?

Un des policiers, également en arrêt, a saisi un avocat lorsque son agrément lui a été retiré. Pour lui, c'était une punition pour avoir signalé que, depuis la réorganisation du service en 2017, il était victime de harcèlement au travail de la part de sa hiérarchie. Après l'intervention de son avocat, il a pu être réintégré, sur décision du tribunal administratif, rendu en référé le 2 octobre 2019. Mais il est aujourd'hui toujours en arrêt maladie.
Pour Me Borie, son avocat, "c'était un excellent policier municipal pendant toute sa carrière, et tout d'un coup il se retrouverait bon à jeter aux chiens et incompétent dans ses fonctions à tel point que ça justifierait un retrait d'agrément. Il y a un vrai problème de gestion à l'intérieur de la police de Chamalières. C'est aux responsables municipaux de prendre leur responsabilité, ou à défaut qu'il y ait une enquête externe qui détermine les causes des dysfonctionnements et qui préconise des modalités pour y remédier."

La mairie de Chamalières réfute tout harcèlement


Du côté de la mairie de Chamalières, on explique qu'une cellule psychologique a été mise en place aussi vite que possible, une semaine après la tentative de suicide, et que les arrêts maladie de certains agents ne dateraient pas d'hier.
Quant au retrait de l'agrément d'un des policiers, c'était pour éviter un drame selon la municipalité, car l'agent serait dépressif. Ce que réfute l'agent en question, qui a contacté la rédaction de Radio Scoop. Il affirme avoir rencontré huit fois le médecin du travail entre avril 2017 et juillet 2019. A chaque fois, il aurait été jugé apte au travail et à porter une arme de service ce qui, pour lui, "démontre bien que je ne suis pas du tout en dépression."

Pour la municipalité de Chamalières, il n'y a pas de harcèlement en cours actuellement au sein de la police municipale.