SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

AURA : LES BOÎTES DE NUIT NE VOIENT TOUJOURS PAS LE JOUR !

Vendredi 7 Mai - 06:30

COVID-19


Les discothèques sont vides depuis près d'un an - © ansonmiao
La semaine dernière, les annonces d'un déconfinement progressif ont été faites. On connaît la date de réouverture des bars et des restaurants, c'est pour le 19 mai prochain. En revanche, toujours aucune annonce concernant les discothèques.


Ils veulent voir le bout du tunnel. Dans le noir depuis plus d'un an, les patrons de boites de nuit viennent de faire un recours devant le Conseil d'Etat, pour discrimination.

400 jours de fermeture sans perspective


Mercredi 5 mai , ils se sont aussi entretenus avec le ministre délégué aux PME, Alain Griset, qui leur a promis de les fixer sur un calendrier le 15 juin prochain. Mais l'attente est difficilement tenable pour les professionnels du secteur.

"Le traitement que les discothèques subissent est ignoble. On parle de sociétés qui sont fermées depuis 400 jours et qui n'ont aucune perspectives d'avenir, c'est de la cruauté", s'indigne Thierry Fontaine, gérant de plusieurs établissements dans en Auvergne-Rhône-Alpes et président de l'UMIH nuit France.

"On autorise les concerts, mais pas nous..."


"On va autoriser les concerts à 5000 personnes debout. Dans ces concerts, on danse, on est collé-serré et on consomme de l'alcool. Finalement, on fait la même chose que dans les discothèques. Même constat pour les mariages. On ne comprend plus du tout. On pense qu'on est considéré comme un symbole, celui de la vie d'avant, et que tant qu'on est fermé, les Français feront attention..."

Thierry Fontaine espère que les différents recours aboutiront et que les discothèques pourront rouvrir le 30 juin. "C'est vital pour certains établissements" selon le patron de l'UMIH nuit.