SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

ATTAQUE AU NIGER : PARMI LES VICTIMES, DEUX JEUNES FEMMES FORMÉES DANS LA RÉGION

Mardi 11 Aout - 11:00

Actu. locale


L'Institut Bioforce à Vénissieux. - © Google Street View
Huit personnes ont perdu la vie dimanche lors d'une attaque dans la région de Kouré, dans le Sud-Ouest du Niger. Six humanitaires français sont morts, deux d'entre eux avaient suivi une formation à l'Institut Bioforce de Vénissieux.


Charline, Nadifa, Myriam et Stella, Léo et Antonin. Ces six jeunes humanitaires victimes de l'attaque étaient âgés de 25 à 35 ans, selon un article du journal Le Parisien. Le quotidien revient sur le parcours de ces femmes et de ces hommes qui travaillaient pour l'ONG Acted.

"Les humanitaires ne devraient jamais être une cible"


Tous avaient en commun d'être très diplômés, tous engagés dans une mission humanitaire à Niamey, au Niger. Nadifa et Stella avaient toutes les deux suivi une formation à l'Institut spécialisé Bioforce, à Vénissieux. L'organisation propose des formations diverses pour préparer le personnel humanitaire avant des missions à l'étranger.

Dans un communiqué publié ce lundi, au lendemain de l'attaque meurtrière, Biorforce a fait part de sa tristesse. "Les humanitaires ne devraient jamais être une cible. Nos collègues travaillaient pour soutenir les communautés nigériennes en difficulté, motivés par les valeurs d'humanité et de solidarité", ont exprimé les équipes de l'Institut de l'Est lyonnais.

Ce mardi, l'ONG Acted a de son côté annoncé la suspension de ses activités au Niger. Le président d'Acted, Frédéric de Saint-Sernin, a également indiqué qu'il n'était pas question de quitter le pays pour autant.