SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

HAUTE-LOIRE : L'ENQUÊTE SUR LA MORT DE 3 ADOLESCENTS EST RELANCÉE

Jeudi 30 Juillet - 07:25

Actu. locale


Plus de 3 000 personnes réunies pour les obsèques de Tristan, Maxime et Bastien - © Anthony Perrel
Cinq ans après la mort de trois adolescents lors d'une explosion de produits chimiques à Bas-en-Basset, la justice a ordonné de nouvelles expertises qui "relancent l'enquête en cours".


Ce jour du 13 juin 2015, Alain Saez ne l'oubliera jamais. Trois adolescents de 14 à 16 ans, qui jouaient dans une cabane en pierre, avaient été tués dans une explosion de produits chimiques. Aujourd'hui, le porte-parole des familles des victimes, lui-même père d'un des adolescents tués, dit sa "satisfaction d'avoir été entendu par la justice".

La juge d'instruction du Puy-en-Velay chargée du dossier a pris deux ordonnances, courant juillet. Elles concernent notamment des analyses biologiques et physico-chimiques des scellés. Elles visent notamment à caractériser les conditions de fabrication et d'explosion du TATP, l'explosif dont des résidus ont été trouvés sur le lieu du drame.

Cet explosif artisanal, aussi appelé peroxyde d'acétone, est fréquemment utilisé par des groupes terroristes, précise l'AFP.

"La piste d'une cache de l'ETA (organisation séparatiste basque, ndlr) n'est pas exclue", selon Me Gilles-Jean Portejoie, avocat des familles.


En août 2019, une information judiciaire pour "homicides involontaires" avait été ouverte au Puy-en-Velay à la suite d'une plainte avec constitution de partie civile des parents des victimes, alors que la justice avait classé l'affaire l'année précédente.

Le survivant remet en cause la thèse des enquêteurs


Un quatrième adolescent, grièvement blessé lors de l'explosion, avait survécu.

Cet unique survivant avait remis en cause la thèse des enquêteurs, selon laquelle la bande d'amis préparait des fumigènes et des explosifs pour jouer à l'airsoft, un jeu de simulation de combat cousin du paintball.

Selon lui, les quatre adolescents auraient découvert sur les lieux un sac contenant des produits chimiques. Deux de ses camarades s'en seraient alors approchés et l'explosion serait survenue à ce moment-là.

►Actualité locale

Haute-Loire : Que s'est-il vraiment passé lors de l'explosion de Bas-en-Basset ?

Une information judiciaire pour "homicide involontaire"...