SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

[MAJ] RHÔNE : UNE PROF EMPÊCHÉE DE DONNER COURS À CAUSE D'UN MASQUE ARC-EN-CIEL

Mardi 18 Mai - 17:49

Actu. locale


Drapeau arc-en-ciel
Une enseignante du Lycée Germaine Tillion à Saint-Bel dans le Rhône, n'a pas eu le droit de donner ses cours le 3 mai dernier, parce qu'elle portait un masque arc-en-ciel. Le rectorat a démenti.


La proviseure du lycée Germaine Tillion à Saint-Bel n'a pas apprécié le masque aux couleurs de l'arc-en-ciel que portait l'enseignante ce jour-là, voyant une référence au drapeau LGBTQI.

Selon le syndicat Sud Education 69, elle lui a interdit catégoriquement d'enseigner, estimant que "ce symbole enfreignait le devoir de neutralité imposé aux fonctionnaires".

L'enseignante a été convoquée par le Rectorat sur cette question et s'est vue demander par l'administration de ne plus utiliser ce masque au prétexte qu'il pouvait être perçu comme "faisant la promotion de certaines « pratiques »".

Le rectorat de l'Académie de Lyon a "formellement" démenti les propos du syndicat Sud Éducation. "Le recteur de l'académie de Lyon dénonce le caractère mensonger des propos de son communiqué et dément formellement que le rectorat ait interdit le port d'un masque arc-en-ciel à une de ses enseignantes", peut-on lire dans un communiqué.

Le "devoir de neutralité" mis en cause


Aujourd'hui, le syndicat s'insurge, d'autant que l'Éducation Nationale a initié une campagne de lutte contre les discriminations homophobes et transphobes, campagne pour laquelle le symbole arc-en-ciel est mis en avant. Dans un communiqué, Sud Education 69 rappelle que "la justice a confirmé à plusieurs reprises la compatibilité du drapeau arc-en-ciel avec le devoir de neutralité des services publics".

Il "déplore le signal envoyé aux élèves et aux agents LGBTQI, et s'inquiète des conséquences qu'une telle interdiction aura dans la luttes contre toutes les formes de discrimination".