SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LYON : ILS VIENNENT EN AIDE AUX ÉTUDIANTS PRÉCAIRES EN PLEINE CRISE SANITAIRE

Vendredi 20 Novembre - 05:20

Actu. locale


Une distribution alimentaire sur le campus Rockefeller à Lyon. - © Léa Duperrin / Radio Scoop
Début novembre, le réseau d'associations lyonnaises Gaélis a repris ses distributions alimentaires à destination des étudiants en difficulté. Comme pendant le premier confinement, la demande reste très élevée.


14h30 sur le campus Rockfeller près du métro Grange Blanche. Le camion de livraison est un peu en retard. Les étudiants, eux, sont déjà là. Par dizaines, en file, un cabas replié sous le bras. Ce jour-là, 600 paniers seront distribués.

Des conserves, du café, des fruits et des légumes mais aussi des produits d'hygiène sont notamment proposés. En quelques minutes, les tables sont dépliées, les caisses posées les unes à côté des autres. "Tu veux des madeleines ? Ok, dentifrice ?", interrogent les bénévoles de Gaélis derrière le comptoir improvisé.

Rogner sur le budget nourriture pour finir le mois


Dans la file, Mampiandry, 23 ans. "Pour finir le mois, il m'arrive souvent de faire l'impasse sur la nourriture parce que c'est le seul budget qui n'est pas fixe contrairement au loyer, à la box internet, à la mutuelle...", explique cet étudiant en deuxième année de sciences de l'éducation.

Pour lui, la crise sanitaire n'a pas vraiment eu de conséquences, sa situation financière était précaire, bien avant l'épidémie. "Ces distributions restent essentielles pour nous, avec un gros avantage : on n'a pas besoin de faire des tonnes de démarches administratives... J'ai fait une demande d'aide au CROUS, c'est interminable. C'est tout de suite que j'ai besoin d'aide", ajoute Mampiandry.

Le réseau d'associations étudiantes Gaélis bénéficie du soutien financier de la Métropole de Lyon, de partenaires privés et travaille aussi avec la Banque Alimentaire. "Il y a tous ceux qui ont perdu le job à cause de la crise, ceux qui avaient déjà des difficultés à boucler les fins de mois et ce sont tous ces jeunes que l'on veut aider", assure Amandine, bénévole.



Derrière la précarité, l'isolement


Au-delà des difficultés financières liées ou non à la crise sanitaire, d'autres problèmes sont mentionnés, à commencer par l'isolement des étudiants privés de cours en présentiel. Plusieurs étudiants rencontrés ce jour-là regrettent que les alternatives numériques ne fonctionnent pas toujours pleinement. "Il y a plus généralement un enjeu de préservation de la santé mentale de certains étudiants", ajoute Amandine qui rappelle l'existence de permanences téléphoniques à la Gaélis.

Le camion de livraison. © Radio Scoop


Le 12 novembre dernier, le Secours Populaire a lui aussi tiré la sonnette d'alarme. Les permanences assurées depuis 2017 par l'association accueillent de plus en plus de jeunes. Pendant le premier confinement, une hausse de 30% avait été observée.

"Aujourd'hui avec le deuxième confinement, le nombre d'étudiants qui demandent à être soutenus par le Secours populaire explose environ 10 étudiants de plus chaque semaine et nous devons ouvrir plus grandes nos portes pour les accueillir. Ils sont nombreux à devoir faire face à la précarité numérique, la précarité alimentaire et l'isolement", expliquent les équipes du Secours Populaire à Lyon.

La permanence a lieu tous les lundis de 18 à 20 heures dans les locaux de la fédération dans le 7ème arrondissement et vise à apporter un soutien humain et matériel aux étudiants résidant dans la métropole lyonnaise. Cette permanence est animée par une équipe de 20 bénévoles qui se relayent chaque semaine avec le soutien d'étudiants aidés.

Pour faire face, le Secours Populaire a lancé un appel aux dons.