SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LES PHARMACIENS AUTORISÉS À OUVRIR LE DIMANCHE POUR VACCINER

Jeudi 9 Décembre - 08:36

COVID-19


Une pharmacie en ville
Les pharmaciens "qui le souhaitent" pourront ouvrir désormais tous les dimanches sur les mois de décembre et janvier pour vacciner contre le Covid-19, a annoncé jeudi le ministre de la Santé, Olivier Véran.


"La France est un des pays au monde qui vaccine le plus en vaccination de rappel au quotidien, hier plus de 650.000 Français ont reçu une injection de rappel", a déclaré Olivier Véran sur France 2 ajoutant qu'il faut "aller plus vite, plus fort, il y a urgence".

"Nous multiplions le nombre de centres qui peuvent vacciner : les libéraux, les pharmaciens, les médecins, kinés, sages-femmes, infirmiers qui peuvent vacciner en ville reçoivent cette semaine plus de 4 millions de doses de vaccins à ARN messager", a-t-il dit.

"Pour simplifier et amplifier cette campagne de rappel", M. Véran a indiqué signer un "arrêté" qui "va autoriser et inciter les pharmaciens qui le peuvent et le souhaitent à ouvrir désormais tous les dimanches sans limitation sur les mois de décembre et janvier".

Ralentissement de la croissance épidémique


L'épidémie continue de flamber : la France a enregistré mercredi un nombre record de contaminations comptabilisées en 24 heures, 72.000 selon M. Véran.

"Nous n'avions pas connu ça depuis le début de la pandémie", a-t-il souligné. Le précédent record, environ 70.000, datait de début novembre 2020.

Selon le ministre, le pic de contaminations de cette 5e vague pourrait être atteint "d'ici à la fin du mois" si les Français appliquent un "respect strict des gestes barrières" et limitent les rassemblements.

"Nous constatons un ralentissement de la croissance épidémique : nous étions à +60% de cas en une semaine, ensuite +40%, désormais c'est entre +25 et +30%", a-t-il dit, en appelant les Français à "multiplier les efforts du quotidien".

"Nous n'avons pas besoin d'imposer de restrictions, puisque les Français savent comment se prémunir du virus : c'est l'apéritif entre amis qu'on va annuler même si c'est la période de fin d'année, ce sont les apéritifs d'entreprise, ces moments de convivialité, des moments de relâchement, où on enlève le masque trop facilement parce qu'on se sent à l'abri", a-t-il ajouté.

Selon lui, le respect de ces mesures a déjà eu un "effet de freinage" qu'il faut "amplifier".