SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

CORONAVIRUS : OLIVIA RUIZ TACLE FORTEMENT LE GOUVERNEMENT

Jeudi 4 Juin - 11:00

People


Olivia Ruiz - © Capture Youtube
Lors d'une interview, Olivia Ruiz est revenue sur son confinement et en a profité pour critiquer la mauvaise gestion de la crise par le gouvernement.


Olivia Ruiz fait son grand retour dans l'actualité ! Afin de faire la promotion de son nouveau roman La commode aux tiroirs de couleurs, sorti ce mercredi 3 juin dans les librairies, la chanteuse est revenue pour le Journal Du Dimanche sur son confinement.



"je pense avoir été malade en début de période"


Elle l'a vécu depuis Narbonne près de Marseille afin d'être proche de ses parents : "Il fallait que je me rapproche d'eux, au cas où. Mais je ne les ai pas vus car je pense avoir été malade en début de période : il était hors de question de les mettre en danger" a-t-elle déclaré.

Dans la suite de son interview, elle nous décrit les symptômes dont elle a été victime et qui, fort heureusement, ne se sont pas aggravés : "C'est comme une laryngite mêlée à de la migraine et à une gastro. Pendant une dizaine de jours, j'étais dans un état d'épuisement, avec les symptômes : j'ai attribué ça au Covid-19 sans être diagnostiquée. Mon médecin m'a dit de guetter mon essoufflement, mais ça n'a pas dégénéré. Je me suis soignée toute seule" explique-t-elle.

Pour elle, comme pour beaucoup d'autres, cette période de confinement était "une période de grand trouble".

« Quand on craint la mort, on n'envoie pas les gens voter. »


La chanteuse a profité de cette interview pour parler de la mauvaise gestion de la crise par le gouvernement :"J'ai pris le métro quatre fois par jour dans la semaine précédant le confinement, ne sentant pas le danger venir. D'autant qu'on nous encourageait à aller voter… Quand on craint la mort, on n'envoie pas les gens voter. C'est ça qui m'a empêchée d'avoir la bonne perception de ce qui était en train de se passer" a-t-elle témoigné.