SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

TRÈS MAUVAISE NOTE POUR L'EXÉCUTIF À LA CONVENTION POUR LE CLIMAT

Lundi 1 Mars - 07:24

France


Emmanuel Macron - © Twitter/EmmanuelMacron
Nettement sous la moyenne. La Convention citoyenne pour le climat (CCC), chargée par Emmanuel Macron de proposer des mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre, s'est achevée dimanche sur un jugement sévère pour l'exécutif.


Appelés à voter pour évaluer si les "décisions du gouvernement relatives aux propositions de la CCC" permettraient de "s'approcher de l'objectif (fixé par le gouvernement, ndlr) de diminuer d'au moins 40% (par rapport à 1990) les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 dans un esprit de justice sociale", les membres de la Convention ont sorti le stylo rouge : la moyenne est de 2,5 sur 10 seulement.

Les participants à cet exercice de démocratie participative, inédit à cette taille en France, ont toutefois estimé majoritairement (à 6 sur 10) que la CCC avait été "utile à la lutte contre le changement climatique" et que "le recours aux conventions citoyennes (était) de nature à améliorer la vie démocratique de notre pays" (7,7 sur 10).

Mais sur la traduction concrète de leurs mesures, aucune des six familles de propositions n'a obtenu la moyenne, lors des votes des quelque 120 inscrits sur les 150 tirés au sort, au terme de cette session finale tenue par visioconférence, en raison de la crise sanitaire.

Thématique "se loger" : 3,4 sur 10. "Produire et travailler", "se nourrir" et "se déplacer" : 3,7 chacune. "Consommer" a eu 4 et les propositions sur la gouvernance 4,1.

Écouter le peuple


Le jugement est très dur sur d'autres objectifs emblématiques : 2,8 sur 10 seulement pour "limiter les effets néfastes du transport aérien". Et 2,7 pour l'introduction dans le droit d'un délit "d'écocide", amoindri par rapport à la proposition de la Convention (en faire un crime).

Emmanuel Macron avait décidé de créer la CCC au sortir de la crise des "gilets jaunes", née d'une taxe carbone sur les carburants, perçue comme injuste.

Démarrée en octobre 2019, elle a remis en juin, au terme d'un calendrier bouleversé par le Covid, 149 propositions au président. Celui-ci en a rejeté trois et s'est engagé à transmettre les autres "sans filtre".

Le gouvernement comptabilise 75 mesures mises en oeuvre et 71 en voie de l'être. Certaines via le plan de relance ou le budget, d'autres dans des décrets, ainsi qu'une quarantaine dans le projet de loi Climat et résilience, qui sera débattu à l'Assemblée fin mars.