SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Bellegarde
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

SAINT-ÉTIENNE : L’ÉQUIPE DE POMPIERS HUMANITAIRES FRANÇAIS EST DE RETOUR

Jeudi 11 Octobre - 17:00

Actu. locale


l'équipe de PHF en mission à Petobo - © Facebook PHF
L'ONG stéphanoise PHF avait dépêché 6 personnes pour aller en Indonésie après le séisme et le tsunami ayant fait plus de 2000 morts. L'équipe est rentrée à Saint-Étienne ce jeudi soir.

Ces bénévoles de Pompiers Humanitaires Français étaient partis au début du mois. Une première équipe composée d'un médecin et d'un pompier est arrivée en Indonésie le lundi 1er octobre. Une seconde avec 2 pompiers et de 2 infirmières a débarqué le lendemain. Après 10 jours sur place, l'équipe de PHF est finalement rentrée ce jeudi soir.

Des familles décimées

« Nous sommes épuisés psychologiquement », a expliqué Arnaud Allibert, le chef de mission. « Sur place, nous avions fait « du médical », beaucoup de recherches de corps. Nous étions en mission à Petobo. Le séisme a ravagé les lieux. La ville de Petobo, par exemple, s'est affaissée et se trouve 6 mètres plus bas, par rapport au niveau de la route ». Sur place il a aussi fallu composer avec la chaleur, le thermomètre affichait 40 degrés.



« Quand nous sommes arrivés, nous avons vu un gros amas de terre qui recouvrait les maisons. Nous avons essayé de creuser aux endroits où les odeurs étaient les plus fortes. Certaines familles sont complètement décimées. Il ne restait parfois plus qu'un seul survivant. Malgré tout, les habitants ont été très bons avec nous. Ils nous ont aidés. On n'a jamais manqué de rien pour manger ou boire » a commenté Arnaud Allibert.



Rentrée ce jeudi en fin d'après-midi en France, l'équipe de PHF a écourté sa mission d'un jour puisque les autorités indonésiennes ont décidé de mettre fin aux recherches. Les autorités locales ont d'ailleurs été la cible de plusieurs critiques venant des ONG sur places. Certaines ont dénoncé d'importantes restrictions. Des problèmes auxquels PHF a échappé, même si l'équipe stéphanoise a dû consacrer 2 jours de sa mission à régler des problèmes administratifs pour obtenir des autorisations d'interventions.


@RadioScoopInfos