SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

SAINT-ALBAN-LES-EAUX : L'AGRESSEUR PRÉSUMÉ DU MAIRE DEVANT LA JUSTICE

Mercredi 18 Septembre - 08:01

Actu. locale


Le tribunal de Roanne. - © Google Street View
Prévue le 21 août dernier devant le tribunal correctionnel de Roanne, l'audience avait été renvoyée.


L'avocate de l'agresseur présumé du maire de Saint-Alban-Les-Eaux avait demandé un délai pour préparer la défense de son client.

Tout à l'heure, à la barre, cet homme d'une trentaine d'année devra s'expliquer sur sa journée du 15 août, où il avait frappé Pierre Devedeux, le maire de Saint-Alban-les-eaux.

Insultes et coup de poing


Ce jour-là, à Saint-Alban-les-Eaux, c'est jour de fête communale. Tout se passe bien jusqu'au début d'après-midi.

C'est alors qu'un homme tente de bousculer les barrières qui barrent certaines rues afin de protéger les festivités.

Le ton monte avec les participants. C'est là que le maire, Pierre Devedeux, présent à la fête, tente d'intervenir.

L'élu connaît cet homme, particulièrement agité, pour des différends de voisinage. Le suspect est aussi connu par les forces de l'ordre pour vols et détention de stupéfiants.

L'élu essuie d'abord des insultes, puis un coup de poing qui le fait tomber au sol. Il sera blessé au genou.

À l'arrivée des gendarmes, le trentenaire ne va pas se calmer, il arrivera à rentrer chez lui, non sans bousculer les militaires.

Le suspect risque 3 ans de prison et 45 000 euros d'amende

C'est à son domicile qu'il se rendra finalement après l'intervention du peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie. Il est depuis en détention provisoire.

Selon le JDD, 361 maires ont été agressés l'an dernier. Contacté par Radio Scoop, Pierre Devedeux n'a pas souhaité s'exprimer.

Si le parquet retient des circonstances aggravantes, le trentenaire encourt jusqu'à 3 ans de prison et 45.000 euros d'amende.