SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

PRÉCARITÉ ÉTUDIANTE : LA VILLE DE SAINT-ÉTIENNE FAIT DES PROPOSITIONS

Mardi 10 Décembre - 06:00

Actu. locale


Devant le Crous de Saint-Étienne, rassemblement de soutien à Anas, étudiant stéphanois qui s'est immolé par le feu à Lyon - © Anthony Perrel
La précarité étudiante fait l'actualité ces dernières semaines. Gaël Perdriau vient d'interpeller le président du CROUS à ce sujet.


Les étudiants seront dans la rue ce mardi. Comme les retraités et les actifs, ils défileront contre la réforme des retraites mais aussi pour dénoncer leur précarité.

Selon l'INSEE, un étudiant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté en France. Le mois dernier, Anas, un jeune stéphanois s'est d'ailleurs immolé devant le CROUS à Lyon. Un acte politique pour mettre en lumière ses difficultés au quotidien et celles de ses collègues.

Pour tenter d'apporter des solutions à ce problème, le maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau, vient de faire deux propositions. "Il faut répondre de manière concrète. Concernant la thématique du logement, j'ai écrit au directeur régional du CROUS pour lui proposer la cession d'un terrain à un euro symbolique, afin qu'il puisse construire une centaine de logements. Comme les loyers proposés par le CROUS sont les mêmes dans toutes les villes de France, en contrepartie, les tarifs pourront être inférieurs à ce qui est mis en place aujourd'hui".

Plusieurs sites, concernant le terrain, ont été proposés au CROUS. L'autre proposition de Gaël Perdriau vise à améliorer - un peu - le quotidien des étudiants. "La précarité s'exprime dans la vie de tous les jours. Comme le fait de pouvoir s'alimenter correctement. J'ai donc demandé au directeur du CROUS de pouvoir ouvrir le restaurant scolaire, les soirs, pour faciliter la vie des étudiants".

Le CROUS n'a pas encore répondu aux requêtes du maire de Saint-Étienne.