SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

NORD-ISÈRE : DEPUIS SA CELLULE, IL HARCÈLE SON EX EN L'APPELANT PRÈS DE 1 000 FOIS

Dimanche 5 Décembre - 09:51

Actu. locale


La maison d'arrêt de Saint-Quentin-Fallavier - © Capture d'écran Google Street View
L'homme a interdiction d'entrer en contact avec ses victimes et de paraître en Isère et dans l'Ain à sa sortie de prison.


C'est un habitué des comparutions immédiates : 27 mentions dans son casier judiciaire, un homme a été de nouveau jugé ce vendredi.

Jugé pour harcèlement


Condamné en comparution immédiate quelques jours avant pour avoir agressé des gendarmes et dégradé une cloison de la brigade de La Verpillière, le trentenaire a retrouvé le juge pour une affaire de harcèlement.

Selon les informations du Progrès, le suspect a harcelé et menacé de mort son ex-compagne (ainsi que le compagnon de cette dernière), depuis la prison. Entre le 16 avril et le 16 octobre 2021, incarcéré à Saint-Quentin-Fallavier, ce dernier a appelé son ex à 995 reprises. Et 372 fois son nouveau compagnon. Des mots violents et des menaces de morts telles que "si tu tombes enceinte, je te tue, je tue le bébé".

Le tribunal a suivi à la lettre les réquisitions et a condamné le trentenaire à une peine de trois ans de prison dont 18 mois d'un sursis probatoire renforcé. Il lui est interdit d'entrer en contact avec ses victimes et de paraître en Isère et dans l'Ain à sa sortie de prison. Un bracelet anti-rapprochement sera mis en place et l'autorité parentale lui a été retirée.