FM -

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

GRAND LYON : POUR OBTENIR UN PRÊT BANCAIRE, MIEUX VAUT ÊTRE UN HOMME BLANC !

Jeudi 21 Septembre - 22:56

Actu. locale


Des billets de banque. - © martaposemuckel / Pixabay / CC 2.0
La Ville de Villeurbanne présentait ce jeudi les résultats d'un testing inédit réalisé auprès de 63 agences de 12 banques différentes de l'agglomération lyonnaise. Les résultats montrent clairement que les hommes d'origine maghrébine, ceux qui ont la peau noire et les femmes sont discriminés.

Méthode de testing

Des établissements ( parmi les plus importants du pays comme la Banque Postale, le CIC, BNP Paribas, le Crédit Agricole Centre-Est ou la Société Générale... ) ont été démarchés par de faux clients. Chaque agence a reçu la visite de deux "testeurs" identiques : mêmes revenus, mêmes apports et mêmes projets immobiliers. Seules leurs couleurs de peau et la consonance de leurs noms changeaient.

Le même exercice a été réalisé sur les prêts à la création d'entreprise. Cette fois, pour comparer les réponses que reçoivent les hommes blancs et les hommes de couleurs. Egalement pour comparer le traitement des hommes et celui des femmes.

Des résultats accablants

Pour le prêt immobilier, dans la moitié des agences, on a demandé au client à la peau noire, mais pas à celui à la peau blanche, de présenter une pièce d'identité lors du rendez-vous. L'un des testeurs noirs raconte même qu'il a une fois été reçu debout, à l'accueil, dans un coin, devant les autres clients. Enfin, 75% des agences ont proposé un taux plus avantageux aux clients blancs qu'aux hommes de couleurs !

On relève aussi toute une série de discriminations dans les testings sur le prêt à la créations d'entreprise. Par exemple, 95% des agences n'ont pas donné d'information concernant les taux d'intéret ou la durée de remboursement d'un crédit au client d'origine maghrébine. Alors qu'elles ont renseigné les clients blancs sur ces points précis.

Les banques semblent également faire moins confiance aux femmes. Dans une banque sur quatre, on a remis une simulation de prêt au client mais pas à la cliente. Les conseillers donnent aussi moins d'informations aux femmes, mais les propositions qu'on leur fait au final valent celles que reçoivent les hommes.

Et maintenant ?

La Ville de Villeurbanne, qui a commandé cette étude, assure ne pas vouloir pointer du doigt une profession, et le maire Jean-Paul Bret semble penser que ces discriminations ne peuvent pas être volontaires.

Le défenseur des droits, Jacques Toubon, qui s'y est associé, propose aujourd'hui une série de mesures. Il promet notamment d'alerter les pouvoirs publics et de demander aux banques de renforcer la formation de leurs salariés.

Le représentant régional de la Fédération bancaire a été prévenu. Il s'est dit "étonné" par l'ampleur des résultats.


@RadioScoopInfos