SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

ÉLECTIONS 2020 : QUAND LES CANDIDATS FONT CAMPAGNE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Lundi 24 Février - 05:30

Actu. locale


Smartphone
Quelle que soit leur couleur politique, ils ont tous un point commun : leur présence sur les réseaux sociaux. Posts Facebook et Instagram, petites déclarations sur Twitter et même vidéos Youtube : tout y passe.


"Si la pratique ne date pas d'aujourd'hui, elle s'est considérablement accrue ces derniers mois, surtout depuis les élections municipales de 2014", explique Jean-Michel Rampon, chercheur en communication à Sciences Po Lyon. Tous les candidats se prêtent au jeu, en misant parfois sur l'auto-dérision.

Je tweete donc je suis


Pour Jean-Michel Rampon, les candidats utilisent les réseaux sociaux pour différentes raisons. La première est stratégique, il s'agit de "toucher les plus jeunes qui sont aussi ceux qui désertent le plus les isoloirs", mais aussi d'"accroître sa visibilité et diversifier sa parole politique."

Le 11 février dernier, David Kimelfeld, candidat à la présidence de la Métropole de Lyon a partagé sur Twitter un clip humoristique sous forme de tuto pour apprendre à prononcer son nom de famille correctement.


Les réseaux sociaux sont aussi utilisés pour faire des annonces. Emmanuelle Haziza, candidate aux élections municipales à Villeurbanne, a par exemple annoncé le 15 janvier, son départ du parti Les Républicains dans un post sur Facebook.



Twitter et Facebook, sont régulièrement utilisés pour des prises de positions diverses, qui n'ont pas forcément de lien avec la campagne électorale mais qui permettent aux candidats, et plus généralement aux élus "de rester à la page", souligne Jean-Michel Rampon.

Exemple en octobre dernier avec des messages pour dénoncer des agressions homophobes survenues à Lyon.



Plus généralement, les candidats passent désormais par les réseaux sociaux pour annoncer leur passage dans les médias, mettre en avant des axes de leur programme ou encore, se montrer... en train de faire campagne.



D'autres candidats misent sur la vidéo. Candidat LREM à la mairie de Lyon, Yann Cucherat a par exemple lancé sa chaîne YouTube.



François-Noël Buffet, candidat LR aux métropolitaines, a lui opté pour des vidéos postées sur Twitter à l'issu de ses conférences de presse et autres déplacements.


Le tract n'est pas mort


Est-ce la fin des tracts distribués sur le marché ? Des affiches placardées devant les mairies ? "Les réseaux sociaux sont un plus, mais les bonnes vieilles pratiques demeurent", tempère Jean-Michel Rampon. "Déjà, parce que tout le monde n'est pas présent sur les réseaux sociaux, mais aussi parce qu'il existe une multitude d'autres sources d'influence : la famille, les études, le travail."

Reste à savoir si la stratégie 2.0 des candidats aura ou non un impact sur les résultats aux élections, un phénomène encore trop récent pour être mesuré dans le détail.