SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

COMMENT ÇA SE PASSE AILLEURS ? ÉPISODE 4 EN SUISSE

Jeudi 26 Mars - 05:37

COVID-19


Aude étudie l'architecture à Lausanne en Suisse
Cette semaine, en plein confinement, Radio Scoop vous fait voyager, en recueillant des témoignages de personnes originaires d'Auvergne-Rhône-Alpes expatriées aux quatre coins du monde. Ce jeudi, direction la Suisse.


C'est le trajet le plus court pour rejoindre un pays étranger (avec l'Italie) depuis notre région Auvergne-Rhône-Alpes. Assez logiquement eu égard à notre proximité, les consignes sont quasiment identiques : "seuls les commerces de première nécessité sont encore ouverts depuis lundi 16 mars. Il n'y a pas de confinement total, mais il est conseillé de rester chez nous, sauf urgence pour faire les courses, aller au travail ou chez le médecin par exemple", explique Aude, une étudiante originaire de notre région qui suit un cursus universitaire à Lausanne.

Contrainte de manger dans sa chambre


Même chez elle, dans sa collocation, la jeune femme de 25 ans doit suivre certaines règles très strictes...et parfois un peu surprenantes. "Nous sommes trois dans le logement mais nous n'avons pas le droit de rester à plus de deux au même endroit ! Du coup, on a reçu l'autorisation exceptionnelle de manger dans notre chambre par exemple, ce qui ne nous avait pas traversé l'esprit jusqu'à présent", sourit celle qui achève sa formation d'architecte. Avec quelques contraintes, forcément.

"Pour les études, le campus a fermé le vendredi 13 mars et on n'a donc plus accès aux ateliers de l'école ni aux matériaux, ce qui nous restreint dans la production de maquette. Les magasins de bricolage sont également fermés. Pour autant, pour le projet de Master en architecture, les deadlines restent inchangées et des alternatives se mettent en place, comme la possibilité de faire éventuellement des maquettes avec une imprimante 3D", espère Aude, qui n'a pas voulu rentrer dans sa famille lors des premiers jours de confinement "pour éviter de voyager et donc de croiser beaucoup de personnes possiblement contaminées".

Changer nos habitudes en mieux ?


Pendant son confinement forcé, comme une très large majorité d'Européens de l'Ouest, Aude "essaye de rester optimiste. Mais en étant plus réaliste, on se rend compte que ça risque de durer un peu plus que quelques semaines et que ça pourrait changer nos habitudes. En espérant que ce soit pour le mieux…"

►COVID-19

Comment ça se passe ailleurs ? Épisode 3 en Pologne

On vous propose cette semaine un tour du monde,...