SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

ATTAQUE DE VILLEURBANNE : CE QUE L'ON SAIT DE L'ASSAILLANT PRÉSUMÉ

Lundi 2 Septembre - 12:34

Actu. locale


La station Laurent Bonnevay à Villeurbanne - © Capture d'écran Google Street View
Le suspect de l'attaque au couteau de samedi à Villeurbanne est un Afghan de 33 ans qui avait obtenu l'asile en France en 2018 sous le statut spécifique de la "protection subsidiaire", selon l'Office français de l'immigration et de l'intégration.


L'homme, qui a partiellement reconnu les faits après l'attaque qui a notamment coûté la vie à un jeune homme de 19 ans, était connu sous plusieurs identités et trois dates de naissance, avait expliqué ce week-end le procureur de la République de Lyon, Nicolas Jacquet.

Arrivé en France en 2016 "sans famille", il a obtenu en mai 2018 la "protection subsidiaire" de l'Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) "en se présentant comme étant né en 1986", ce qui correspond à l'un des âges (33 ans) sous lequel il était connu des autorités, affirme Didier Leschi, directeur de l'OFII.

La protection subsidiaire est accordée, selon l'Ofpra, à "toute personne dont la situation ne répond pas à la définition du statut de réfugié mais pour laquelle il existe des motifs sérieux et avérés de croire qu'elle courrait dans son pays un risque réel de subir" une atteinte grave, comme la peine de mort, la torture, ou une "menace grave et individuelle contre sa vie" en raison "d'une situation de conflit armé".

Sa carte de séjour expirait en 2020

Il possédait, comme toute personne placée sous ce statut, une carte de séjour temporaire d'une durée d'un an renouvelable. Sa carte devait expirer en 2020, laissant penser qu'elle a pu déjà être renouvelée au moins une fois depuis son obtention en 2018.

Depuis 2018, il était toujours hébergé dans un centre pour demandeurs d'asile même si son statut ne le permettait plus, a poursuivi M. Leschi.

"En raison de la personnalité du mis en cause et en l'absence d'éléments permettant de rattacher directement son passage à l'acte à une entreprise terroriste", le Parquet national antiterroriste (PNAT) n'a pas été saisi à ce stade, pour cette attaque qui a aussi fait huit blessés.

(AFP)