Actualité locale : La fronde des radios indépendantes - Radio Scoop, Le meilleur des tubes.
  FM -

LA FRONDE DES RADIOS INDÉPENDANTES

Mardi 1 Octobre - 17:00

Actu. locale

Les radios indépendantes veulent obtenir plus de fréquences FM - © Radio Scoop
150 radios indépendantes françaises réclament des fréquences FM supplémentaires.
Le Syndicat interprofessionnel des radios et télévisions indépendantes a tenu mardi une conférence de presse ; Radio Scoop était présente.

Au total, ce sont 1000 fréquences que ces radios, et notamment Radio Scoop, réunies dans le Sirti (Syndicat interprofessionnel des radios et télévisions indépendantes) réclament.
"Nos PME sont interdites de développement car on leur refuse les fréquences FM indispensables à leur existence", a expliqué le Sirti. "Pourtant 1.000 fréquences pourraient être attribuées à plus de 150 radios indépendantes, qui ensemble réunissent jusqu'à 10 millions d'auditeurs par jour (et emploient plus de 2000 salariés)."
À titre d'exemple, Radio Scoop, première radio régionale est écoutée chaque semaine par 1 million de personnes. Ce qui représente 1 auditeur sur 3 de sa zone de diffusion, en Rhône-Alpes-Auvergne.

Des fréquences "gaspillées dans des usages inutiles et coûteux"

Pourtant ces fréquences existent, mais selon le Sirti, elle sont le monopole des grands groupes nationaux, et certaines sont même sous exploitées. Les fréquences du Mouv", l'une des stations de Radio France, à l'audience très faible, sont particulièrement pointées du doigt par le syndicat.
Le Mouv' compte moins de 150.000 auditeurs par jour et a "englouti 300 millions d'euros", selon Philippe Gault, l'un des dirigeants du Sirti.
Dans le cadre du plan FM+ initié par le CSA en 2006, "près de 1.000 nouvelles fréquences FM avaient été attribuées à quatre ou cinq grands groupes nationaux contre moins de 300 pour les radios indépendantes" a souligné Mathieu Quétel, un autre dirigeant du Syndicat.
Avec la nouvelle composition du CSA et le vote de la loi sur l'indépendance de l'audiovisuel, examinée au Sénat cette semaine, "nous estimons qu'il y a un moment politique à saisir", selon Philippe Gault.

Avec AFP

@RadioScoopInfos
Sur le même sujet